Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 22:31

Vous avez sûrement vu passer la vidéo, ces derniers mois : la fameuse ruche "Flow Hive" est une révolution dans l'apiculture !

Le rêve du robinet à miel est devenu réalité, grâce à des années de recherche d'une famille australienne...

Une belle image est plus percutante qu'un long discours, alors même si vous ne captez que couic à la "langue de J'expire", voyez plutôt :

ils sont charismatiques, en plus, ces inventeurs, non ?

La prouesse est belle, l'invention est ingénieuse, et pourtant...

ça ne m'emballe pas...

Pourquoi ce ressenti ??

Plongeons dans le monde des abeilles, quelle belle occasion pour se mettre à leur place, et de les comprendre mieux...

  • le tout plastique.
    Perso, j'ai du mal à supporter les fringues synthétiques, les abeilles sont encore plus sensibles à la qualité de leur habitat. Du bois et de la cire dans la ruche, que diable !!
  • le tout bâti.
    A un stade de leur croissance, les jeunes ouvrières produisent de la cire en transformant un gros apport de nectar en un matériau de construction extraordinaire. Dans la nature, elle
    s allongent les rayons ou font un nouveau rayon à côté des autres ; dans une boîte carrée, cette maison qu'on leur offre, on introduit des cadres avec une amorce de cire gauffrée, qu'elle s'empresse de tisser.
    Que se passe-t'il si tout est déjà bâti ?
    Les ab
    eilles engorgées de cire vont "faire la barbe", rester en grappe sous la planche d'envol pour ne pas encombrer la ruche, le malaise va participer à accélérer le déclenchement d'un essaimage : une partie de la colonie démarre avec une partie des réserves pour fonder famille ailleurs et libérer de l'espace.
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

  • communication ?
    Une découverte récente montre que le réseau d'alvéoles est une sorte d'intranet, réseau de communication rapide, laissant transiter les messages des bonnes nouvelles des fleurs dans la colonie.
    La danse en 8, prodig
    uée par les exploratrices de retour du butinage, indique aux autres butineuses dans quelle direction et à quelle distance se trouve le pactole. Or, cette danse se déroule dans le noir : comme l'info est-elle transmise ?
    Le petit bourrelet de cire à l'extrémité de l'alvéole forme un réseau qui transmet les vibrations des danseuses selon des directions privilégiées. L"info est captée grace aux trois paires de pattes, sensibles aux vibrations, même à distance. Comment ce systè
    me ultra-fin fonctionne-t'il avec le plastique ?
Le buzzz du Flow

Bon, les abeilles sont douées de capacités d'adaptations extraordinaires, alors elles trouveront les moyens de contourner ces limites-là !!

 

Mais honnêtement, ce qui me chiffonne plus est de l'ordre de tout ce qu'implique le message : "il y a juste à tourner un robinet"...

C'est donc clairement une ruche faite pour l'apiculteur, pas pour les abeilles.

Et puisqu'il suffit de tourner un robinet, il n'y a plus besoin de connaître les abeilles : tout le monde installe une ruche dans son jardin : la solution pour contrer leur disparition !!

 

Et bien NON, ça pourrait même y contribuer ?!!

Que se passe-t'il si l'on n'intervient pas du tout sur une ruche, à part retirer du miel de temps en temps ?

Au début, tout va bien, ça cartonne, le miel coule à flot...

Parfois, un essaimage a lieu, même si du miel est régulièrement retiré pour faire de la place, car les cirières s'engorgent comme nous l'avons vu, et la surface de ponte de la reine se réduit par les flots massifs de nectar pendant les miellées ; les abeilles trouvent la solution parfaite : la reine par avec les butineuses chargées de miel. Il y a de nouveau de la place dans le nid à couvain, le cycle reprends avec une nouvelle reine.
Pour le récolteur,ça continue comme av
ant, après une journée bizarre et ce nuage d'abeilles bruyant, et des réserves qui ont baissé d'un coup. Mais ça continue...
 

Au bout de 3 ans, la colonie va progressivement s'affaiblir, et ça s'empire d'année en année. Un jour, elles désertent (TOUTES les abeilles partent, abandonnant le couvain), ou alors la colonie est morte pendant une période au climat plus délicat, mais il se peut que le récolteur ne s'en rende pas compte tout de suite car le ballet d'abeilles continue : les pilleuses des ruches voisines viennent récupérer les vestiges comestibles de feu la colonie.

 

 

vous avez vu, à droite ??

vous avez vu, à droite ??

Que se passe-t'il ?

Dans le nid à couvain, la cire devient de plus en plus noire, à chaque génération de nymphes qui laissent un cocon de soie, des déchêts, et une couche de propolis pour désinfecter tout ça. Les alvéoles aux parois épaissies produisent des abeilles de plus en plus petites. Au bout d'un moment, ça pue vraiment trop, la reine délaisse les rayons trop noirs, la fausse teigne vorace s'empresse de venir faire ses cocons, se nourrissant de tout ce merdier, la colonie devient plus fragile, plus sensible aux maladies, bref, ça craint du boudin...

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

Dans la nature, sous une falaise ou dans le creux d'un arbre par exemple, un équilibre parfait est atteint où les fausses teignes débarrassent la colonie des rayons trop noirs, laissant la place pour de nouvelles constructions de cire bien blanche.

Dans une caisse aux rayons imposés, bien droits pour les déplacer sans tout casser, dans une ruche donc, c'est à l'apiculteur de renouveler les vieux rayons (1/3 chaque année !) pour permettre à la colonie de garder son dynamisme si fabuleux.

La ruche a besoin de visites peu nombreuses mais nécessaires, qui demandent le coup d'oeil pour comprendre où en est la colonie et adapter les actions par rapport à la situation réelle....
Pas étonnant que l'apiculture est décrite comme l'art d'élever les abeilles !!

Le buzzz du Flow

Et le récolteur, s'il ne se soucie que de tirer les trop-plein de réserves (en espérant qu'il attende que le miel soit mûr, sinon il fermente, et qu'il ne soit pas tenté de prendre trop, sinon il affame !), finira par se trouver avec une colonie souffreteuse, réservoir de maladies pour les ruches du quartier, ce qui n'est un cadeau pour personne !!

 

 

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

La vidéo montre que le système évite les récoltes si éprouvantes pour les abeilles comme pour les apiculteurs. Mais ce n'est bien sûr pas la seule alternative à l'apiculture intensive, brutale et peu soucieuse des "fifilles" : les kényanes, les Warré optimisent la douceur, et même les ruches "intensives" (Dadant et Langstroth) peuvent être conduite de manière très douces. Les combis intégrales, les dizaines de piqûres, les centaines d'abeilles écrasées, les lombaires flinguées, ça arrive quand on est pressé. Les abeilles nous invitent à prendre le temps, à profiter du moment passé ensemble.

Par exemple...

La Flow Hive, promesse d'un robinet magique, c'est un peu comme de proposer des enfants qui rient sur demande, en omettant de préciser qu'il faut quand même changer les couches, parfois...

Histoire de faire un peu de mauvais esprit !!

 

 

BIEN SÛR, je ne connais pas ce système, et à part ses concepteurs, personne n'a de recul...
Alors, affaire à suiv
re, et à explorer si le coeur vous en dit !

 


 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 03:20

Voici quelques semaines, Laurent (mon ancien co-locataire de "la maison bleue accrochée à la colline") appelle : une de ses ruches a essaimé !

Voici en time-lapse la récupération de cet essaim...

Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles

Laurent m'a envoyé ces photos dans un mail baptisé "du feu et des abeilles"...

Comment pouvait-il savoir qu'au même moment... d'autres abeilles étaient menacées d'un feu beaucoup moins contrôlé ??

Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles

Le débroussage au briquet du chemin, un jour de vent, a dégénéré...

Le feu s'est arrêté MIRACULEUSEMENT à 20 cm des ruches, c'est à n'y rien comprendre !!

Il y a dû avoir une grillade de butineuses, mais globalement, tout le monde va bien, quelle chance !!!

Le verger de mes hôtes, Cono et Lyzie, a eu moins de chance, par contre...

Voilà, merci Laurent pour l'essaim, pour les photos et... pour le titre prémonitoire du mail !!!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 05:08

(fiouuuuuuuuu, ces jeux de mots débiles, franchement !!)

Je ne pensais pas que l'on pouvait rapprocher pollen et rats : ils m'ont montré que OUI !

A l'occasion d'une tournée des trappes à pollen, je ne tarde pas de m'extasier sur la foultitude de découvertes que cette activité permet...

Par exemple, les couches bien distinctes de pelotes de différentes couleurs montrent bien que les fleurs s'ouvrent à leur moment à elles, et que les abeilles suivent le flot de ces offrandes, étalées dans le temps...

pôle N R A

Surprise, ce soir là, de trouver nombres de trappes perçées par les dents de voleurs gourmands !!

pôle N R A

Le forfait est signé, le lendemain toutes les trappes accessibles des supports sont piratées : un ou plusieurs rats ont pris une mauvaise habitude...

Je contacte Olivier, le naturaliste à la gâchette sensible, protecteur de la biodiversité locale, pour trouver une solution en forme de tapettes à rat supersoniques.

En parallèle, je rapatrie les trappes à grillage métallique pour remplacer celles qui sont accessibles aux rongeurs si intelligents.

pôle N R A

et là, double PAF !!

pôle N R A

Un couple de rats noirs, attirés par les cocos, ont pris leur dernier repas, sans la dernière clope ni le petit verre d'adieu... Efficace, ces tapettes !

Le calme revient au rucher, finit les chutes de pollen par terre...

Suite des "aventures" au prochain numéro !

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 22:48

Coucou !

Depuis quelques jours, je teste "Bee Happy", ce simulateur de ruches / ruchers qui vous prends par la main pour rentrer dans l'intimité du mondes des abeilles et explorer les actions d'un apiculteur...

Les amateurs de jeu de rôle seront vite à l'aise : attention on devient vite accroc !

Tout commence par l'achat d'une ruche simple (une Warré) honorée d'une jeune colonie : on commence par nourrir la reine, lui permettre de pondre, on est guidé à nourrir les larves et les adultes, et progressivement nous rentrons dans cet univers aux milliers de facettes (tout comme les doux yeux des avettes...).

Plus qu'un jeu, cet outil pédagogique (dont les bases sont proches de la réalité) permet de vraiment appréhendé la dynamique d'une colonie (et sans doute d'un rucher, lorsque les récoltes permettront d'acheter d'autres ruches !).

Bee Happy : le jeu !

C'est très progressif : chaque étape nécessite d'attendre le jour suivant pour la suite des zaventures : acheter et installer une trappe à pollen, suivre une formation et s'équiper d'un enfumoir et d'un voile, etc...

Et pour ceux qui sont très pressés, il est possible de passer directement au jour suivant... en achetant des bonus...

Avec un millier d'utilisateurs à ce jour, le jeu est encore en version bêta, il n'attends que vos remarques pour faire évoluer l'outil au mieux !!

Alors.... à vous de jouer !!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:52

Isabelle, responsable de la prévention à la santé des îles Loyauté, m'a demandé d'écrire conjointement un article sur "l'activité brûlante du moment" : l'épidémie de dengue et l'impact des traitements insecticides.

 

 

Vous le savez, la dengue sévit fortement cette année, et pour limiter sa dissémination, des épandages d'insecticide ont lieu autour des habitations des malades, afin de tuer les moustiques Aedes aegypti, le vecteur du virus. Ces traitements affectent aussi les autres insectes, y compris les abeilles : aux îles Loyauté un réseau permet aux apiculteurs de déplacer leurs ruches avant que l'épandage n'ait lieu.

 

Lorsqu'une colonie est à proximité d'un tel nuage toxique, une partie importante des butineuses va succomber ou avoir le cerveau suffisamment perturbé pour ne plus retrouver la ruche. La colonie en meurt rarement, cependant le déséquilibre de population va la fragiliser : elle va être fortement touchée, quelques semaines plus tard, par des problèmes sanitaires. Plus insidieux, le travail de collecte des nectars, pollens, propolis et eau dans un rayon de 2 kilomètres va aboutir à une contamination et concentration des larves d'abeilles, de la reine, des réserves et de la cire, en insecticides mais aussi en gazole (utilisé pour la dispersion de la molécule toxique).

 

Inutile de diaboliser, utile de regarder toutes les conséquences de nos choix afin d'améliorer nos stratégies ! Laissons les abeilles nous inspirer par leur exemple... et les dizaines de millions d'années d'expérience supplémentaire ! Comme nous, l'individu est faible et fragile quand il est seul dans la nature. Comme nous, l'organisation en société a changé la donne : lorsque l'individu est au service du groupe, celui-ci est au service de chacun. C'est un modèle formidable de développement totalement intégré à l'environnement, apportant même une plus-value très forte par la pollinisation des plantes à fleurs. Toutes les productions des abeilles sont des aliments de très haute qualité et des merveilles pour notre santé, aucune ne nuit à l'équilibre naturel.

 

L'essaimage, spectaculaire évidence de l'organisation d'une vie en société

 

Par comparaison, nous sommes moins bons... Pour cette lutte contre les moustiques, la deltaméthrine utilisée est heureusement vite détruite à la chaleur, mais les résistances obligent parfois à utiliser le malathion, bien plus persistant et dangereux pour nous... Autres conséquences : les insectes prédateurs des moustiques sont aussi tués, toute une chaîne alimentaire disparaît dans la zone traitée, et les résidus de ces molécules finissent dans nos poumons ou nos estomacs un jour ou l'autre... Quand on sait que notre métabolisme est perturbé par d'infimes traces de molécules toxiques (exemple des perturbateurs endocriniens), à l'origine de nombreuses maladies chroniques, cela donne envie de chercher d'autres solutions...

 

Elles existent, mais demandent un peu plus d'efforts de chacun ! Aedes aegypti ne peut pondre sans eau stagnante : supprimer les « gîtes larvaires » affecte plus fortement la population de moustiques qu'un gazage ponctuel des adultes... Comme ce moustique ne peut vivre qu'à proximité de l'homme et profite de sa négligence autour et dans les habitations, prendre soin de notre environnement immédiat a un impact bien plus important que ce que l'on peut imaginer !! Vider nos gîtes larvaires deux fois par semaine permet donc de concilier un frein efficace à l'épidémie de dengue, la possibilité d'un développement agricole sain, un impact positif sur la biodiversité et le respect de notre santé par la diminution du besoin d'épandage d'insecticide.

 

Tous les insectes pollinisateurs sont touchés : pas seulement les abeilles domestiques !

 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 16:50

La dengue (se prononce "dingue" !) est une maladie virale, transmise par le moustique rayé, qui sévit actuellement en Calédonie, et notament aux Îles Loyauté.

 

Quand une personne est touchée, trois traitements anti-moustique ont lieu autour de son domicile et à son lieu de travail, afin que les moustiques contaminés ne puissent transmettre le virus aux proches et aux collègues. Bon, ça ne tue que les adultes : le véritable remède consiste à empêcher le moustique de pondre en supprimant tous les mini-points d'eau autour des maisons...

 

Vous vous en doutez, un insecticide, ça tue... les insectes !! Ce qui ne fait pas l'affaire des apiculteurs, dont les ruches parfois proches des habitations sont exposées aux traitements...

 

Une coordination se met en place entre les différents acteurs de la santé publiques et les instances apicoles, dans les Loyauté, afin que les apiculteurs concernés par un épandage proche ait le temps de déplacer ses ruches.

Tout est expliqué par là !

 

Alors, comme tout arrive, c'est mon tour d'être dengueux, puis celui du voisinage très proche (le lotissement provincial qui jouxte le terrain).

 

Opération déménagement, avec Antoine, Eric et Laurent ! Mille merci les amis !!

 

Les douze ruches sont déplacés à douze kilomètres de là, en plus de douze minutes il est vrai... Sammy accepte chaleureusement l'hébergement de la famille ailée dans son verger éloigné des tribus, et comme c'est un pionnier du bio dans les îles, c'est rassurant pour la santé de mes fifilles... Grand merci à lui aussi !

 

Voilà donc les caisses dans leur nouvel environnement provisoire, apparemment très mellifère !

 

dengue-1.jpg

 

Comme supports provisoires (pour limiter le chantier) : des pneus, percés pour l'évacuation de l'eau...

 

 

Le jardin parait bien vide à la maison, sans le ballet des butineuses !!

 

dengue-2.jpg

 

(sous les supports, on voit les pierres ponces, crachées par les volcans sous-marins de l'archipel du Vanuatu : c'est censer limiter la pousse des herbes dingues, euhh : folles !, et de limiter les fourmis électriques... à voir à l'usage...)

 

 

 

 

Le lendemain, puis 2 et 8 jours après, les techniciens de la communes sont passés épandre le mélange de deltaméthrine et de gazole, tout autour des maisons du quartier.

 

dengue-3.jpg

 

Je profite de l'absence des ruches pour débrousser le terrain, et ainsi limiter le développement des gîtes larvaires, zones de reproduction des moustiques Aedes egyptii... Il y a de quoi faire !

 

 

Voilà, au bilan, quelle chance de pouvoir coordoner ces actions en bonne intelligence, pour limiter les dégats collatéraux ! Le rucher retournera bientôt à Traput, mais pitète du côté des champs, loin des habitations susceptibles d'être traitées à un moment ou un autre... D'autant plus que personne ne sait vraiment combien de temps le gazole est rémanent, et s'il risque de se retrouver collecté puis stocké dans les cires et le pollen...

 

Pas glop !

 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 15:38

Merveilleux pays que le Cambodge...

 

Tous ces temples, témoins de la grandeur de l'empire Khmer voilà 9 siècles, vous touchent profondément.
Plus encore, le sourire si naturel et spontané de ceux dont vous croiserez le regard !

 

Bien sûr, même en voyage, l'oeil furète à la recherche des hyménoptères tant appréciés... Et l'oeil trouve, non pas les mellifera bien connues de nos contrées, mais trois espèces bien différentes : l'Apis floréa, la plus petite abeille sociale au monde, Apis dorsata, la plus grande, et Apis cerana, qui a le bon goût de piquer et de mordre ! Eric page vous raconte tout cela très bien par là...

 

Rencontres impromptues...

 

Cambodia-0026.JPG

Première colonie, dans une "bibliothèque" du célèbre Angkor Wat...
Il semble y avoir plusieurs rayon : ce serait Apis cerana.

 

 

Cambodia 0163

 

 

 

 

 

 

 

 

 Au musée de la guerre de Siem Reap, les militantes zélées apprécient le recyclage des obus !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cambodia-0165.JPG

Les fameuses "cerana"

 

 

Cambodia-0305.JPG

Lors d'une ballade dans le Nord-Est, au Ratanakiri.
Vu la taille de la colonie (probablement entre 1 et 1,5 m de large) et la présence d'un rayon unique, c'est Apis dorsata, la géante...

 

Cambodia-0545.JPG

 

Même type de colonie, en plein coeur de Siem Reap, parmi des milliers de roussettes... (si si, vous les voyez, même à contre-jour !)

 

 

 

Retour à Angkor Wat... On y prends goût !

 

Cambodia-0188.JPG

 

Zavez trouvé "Charlie" ?

 

 

Cambodia-0187.JPG

 

Les voilà, nos "dorsata", protégées par les Apsaras, ces déesses aux seins nus !

(à moins que ce soit l'inverse ?)

 

 

Par ici, une vidéo de récolte traditionnelle de miel.

 

 

 

S'il est un insecte plus courament en rapport avec l'espèce humaine au Cambodge, c'est bien le Bombyx du mûrier, élevé pour ses cocons...

 

Cambodia-0389.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ça ne paye pas de mine, comme ça, mais cette petite larve enveloppée douillettement a déchaîner des passions les siècles dernier, occasionnant de nombreux voyages épiques entre la vieille Europe et l'Extrême-Orient...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cambodia-0394.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien sûr, ce n'est pas tant pour la larve elle-même, ébouillantée sans autre forme de procès, que pour le fil de soie constituant son écrin que le papillon est élevé...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cambodia-0417.JPG

 

Admirez le savoir-faire de cette jeune Khmer, dans l'art du tissage de cette soie si vivante...


Enfin, tant qu'on est dans les pap's, si vous passez voir les temples et faites le crochet par Banteay Srei, le temple des Femmes aux sculptures si fines, arrêtez-vous donc à la Ferme des Papillons, ça vaut vraiment la visite...

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 21:21

Hola, amigos !

Cela faisait longtemps, n'est-ce pas !

Alors tout roule par ici, c'est l'époque des grosses récoltes de miel, ponctuées de bricolages variées dans la maison...

Un petit tour du propriétaire, histoire de vous faire envie !


niou-zonzon-sat.jpg

 

Un bel espace, un peu en retrait de la route, avec une cocotteraie sympa... Petits murets de pierre, quelques arbres fruitiers, un peu plus de terre bien noire, des amis dans le quartier d'à côté : on s'y sent à l'aise !

 

 

niou-zonzon-pano.jpg

 

Bon, vous vous en doutez, c'est ambiance chantier ! La petite taule est simplissime, tout est à faire, mais les amis sont là aussi pour donner la main dans le gros œuvre...

A gauche, une ébauche de bassin, futur abreuvoir à avettes. Et à droite, un cérificateur solaire déjà en route, devant un bloc sanitaire avec toilettes sèches...

 

DSC00012.jpg

 

Le périphérique ouest de Traput est assez éloigné...

 

DSC00027.jpg

 

Une miellerie avec des cuves toutes neuves et déjà pleines...

 

DSC00028.jpg

 

La terrasse grandement squattée par le bricolage...

 

ruches.jpg

 

Et, bien sûr, le retour des abeilles !


Pour l'anecdote, comme le nouvel emplacement est à moins de 2 kilomètres du précédent, ce n'est pas possible de déplacer les ruches directement d'un endroit à l'autre. En effet, leur mémoire des lieux ramènera les butineuses vers le champs de ruines de l'ancien paradis...


Il a fallu déplacer les ruches à plus de 6 kilomètres, chez Corinne et Didier exactement (histoire de prolonger un peu la vue sur la mer...). La littérature parle de 48 heures, le temps de perdre la mémoire (faire un reset au GPS !). On a pris 50 % de marge : retour à Traput au bout de 3 jours.

 

Les transports se passent très bien... Par contre, une visite à l'ancienne maison a montré que ça n'a pas marché : un bon nuage d'abeilles tournoyait à la recherche des ruches fantômes !! Il a fallu ramener une ruche, au beau milieu, qui a accueilli illico les butineuses perdues... Il a fallu rajouter une hausse dans la foulée, puis ramener la caisse à Qanono pour un nouveau pensionnat... de 15 jours cette fois-ci !

 

Le déséquilibre de population a provoqué un essaimage, l'occasion de remplir une ultime caisse, batisée "Amour" par Corinne... Ahhh, ces voyageuses, alors !!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 19:39

Bonjour !

 

Voilà sûrement un changement de trajectoire de cette aventure apicole, pas programmée certes, mais sûrement utile au final...

 

Dimanche dernier (le 11 septembre ?!), alors que j'étais sur la Grande Terre, la maison a pris feu...

 

Vu de derrière, ça reste assez discret.

 

feu-1.jpg

 

 

 

Mais vu de devant, c'est une autre histoire !!

 

feu-2.jpg

 

 

 

Les ruches les plus proches, à un mètre de la façade arrière, on pris un coup de chaud, certes ! Maintenant, les abeilles n'ont pas l'air si unportunées...

 

feu-3.jpg

 

 

 

Dans  le gisement de charbon, parmi les rares objets récupérables, ou presque, il y avait la ruche solaire (dont l'essaim d'automne n'a pas supporté la fin de l'hiver), l'enfumoir sans son soufflet, et un seul livre...

 

Devinez lequel ??

 

"La Vie Des Abeilles", de Maeterlink !!

 

feu-4.jpg

 

 

Alors voila... Après un très beau mouvement de solidarité des amis, l'histoire continuera à 2 kilomètres d'ici, toujours à Traput, dans un lieu où tout reste à faire... D'ici là, je retourne vivre sur le bateau, dont le chantier va devoir composer avec un retour à la vie à bord.

 

Côté abeilles, cela sent la récolte avec les moyens du bord, en attendant que du nouveau matériel arrive. Et l'évidence se fait jour d'un changement de pratique, avec plus de kényanes, du pressoir au lieu de l'extracteur. Je vous tiendrai au courant de ces nouvelles tournures !

 

Dici là, faute de matos et de connexion, les articles se feront plus rares... Vous comprendrez, j'en suis sûr !

 

Alors à bientôt, pour de nouvelles zaventures !!!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 12:27

 

Coucou !

 

C'est le printemps, ou presque ! Le pollen se déchaîne, et les premières ruches engorgées de miel appelle au secours afin que nous leur fassions de la place, en retirant un peu de ce miel excédentaire qui nous ravi tant...

 

Alors, je vous emmène en récolte à l'école de Tingeting, avec les élèves de Wali et de sa collègue : c'est parti !!

 

 

 

 

Dans ce premier volet, les enfants vont découvrir ce qui se passe au trou de vol, derrière la fenêtre du cadre-témoin et dans la hausse ; ils vont même apprendre un mot rigolo : la propolis...

 

 

 

 

 

Suite et fin de la récolte. Nous en profitons pour voir ce qu'est une grille à reine, pour aller voir dans le nid à couvain à quoi ressemblent les larves, et pour expliquer comment les abeilles se multiplient grâce à l'essaimage.

 

Vous avez vu, il y a plein de stars de Saïtolito !!!

 

 

 

 

 

Les ruches refermées et les abeilles remerciées, nous passons à l'extraction ! Tout le monde veut tourner la manivelle de l'extracteur... Et machouiller le chewing-gum de cire et de miel, bien sûr !! Une vraie bande d'oursons !!!

 

 

 

 

 

Une semaine plus tard... Nous poursuivons la récolte sur les deux ruches voisines, avec Huenë. Les enfants nous abandonnent, car les abeilles sont un peu excitées ! Mais Wali nous retrouve plus tard pour filmer d'autres observations.

 

 

Voilà, on a passé de bons moments ensemble, alors à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article

Présentation

  • : les abeilles de Lifou
  • les abeilles de Lifou
  • : les aventures des avettes tropicalisées... Partages d'expériences happycoles, juste pour le plaisir !
  • Contact

Rechercher

Les 10 Derniers

  • Plan de la ruche
    En rouge, les nouveautés. Accès direct aux pdf : pollen - propolis - schéma de ruche Langstroth baumes - baumes personnalisés Votre avis m'intéresse : retour de feeling Commandez les cosmétiques des abeilles chez les fées de BioAttitude.nc ! • Journal...
  • Cadre à jambage
    Hello ! Cela faisait longtemps que ça me tarabustait, c'est parti depuis aout dernier pour tester le fameux cadre à jambage... Kézako ?? Un cadre sans cire gaufrée, juste une amorce de 2 cm en haut. Et un "jambage" ou "renfort", une baguette fine presque...
  • A pas peur
    "Les abeilles, ouhhhh ça pique !!" Réflexe de survie quand on ne les connait pas... Une abeille ne pique QUE par nécessité, elle y laisse son dard et sa vie. Cela veut dire aussi que si vous apprenez à les connaître, à les observer, et à agir sans les...
  • Mu
    Depuis mars, Bi ne Drehu a migré 30 km plus au Sud, dans la tribu de Mu au lieu-dit Kaladea... Grâce aux amis (Oriol, Maxou, Loïc, Diane et Lionel, Mel, Laurent, Ced, Xavier, Amélie et Claudio, et j'en oublie sûrement...) la maison se peaufine (avec une...
  • L'art de devenir abeille
    L' apiculture, c'est l'art de devenir abeille... Se mettre dans la peau de la colonie, voir ce qu'elle exprime pour faire l'acte juste qui lui apportera du mieux-être. Vous ouvrez trop souvent ? Le dérangement incessant demande une grande dépense énergétique...
  • Nougat
    Nous sommes faits pour faire ce que l'on kiffe, n'est-ce pas ? Il y a quelques années, j'avais pris GRAND plaisir à faire du nougat... Un peu extrémiste, je ne voulais pas d'autres sucres que le miel de mes zabeilles. Cuire le miel attire fort les fifilles,...
  • Drones²
    Amateur de réseaux sociaux, passionné de ces petits 'multirotors de loisirs' (ou 'drones', mais tout de suite ça sonne militaire), je furète parfois (voire souvent) les belles images vues d'en haut que nous ramènent ces caméras volantes sur Face de Bouc......
  • Le buzzz du Flow
    Vous avez sûrement vu passer la vidéo, ces derniers mois : la fameuse ruche "Flow Hive" est une révolution dans l'apiculture ! Le rêve du robinet à miel est devenu réalité, grâce à des années de recherche d'une famille australienne... Une belle image...
  • Revue de presse
    Quand les journaux parlent des abeilles de Lifou... "Les Nouvelles de l'économie", septembre 2014 la revue de la Chambre des Métiers : InfoMétiers avril-mai 2014
  • Comment taire
    Hello ! Il y a un nouveau type de SPAM assez vicieux : les faux commentaires, avec une vraie adresse de pub... Le commentaire est juste là pour hameçonner, souvent en anglais, avec un caressage dans le sens du poil dans le thème de l'article. Vous cliquez...