Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 20:02

 

En fait, ça commence un peu avant la ruche.

 

il y a 15 milliards d'années : le BIG BANG...

 

pol-1.jpg

Un peu plus tard, une abeille butine. Elle a beau se cacher : ses pattes et ses pelottes de pollen la trahissent...

 

Je vous retranscrit un bout de "Ces pollens qui nous soignent", de Patrice Percie du Sert (chapitre 2) :

 

"En 1960, Pain et Maugenet découvrir une fascinante pratique chez les abeilles. Elles butinent le jus sucré sécrété par les glandes nectarifères des fleurs. Ce nectar, qui contient de 50 à 70 % d'eau, va être concentré dans la ruche pour fabriquer le miel. Avec 15 % d'humidité, le miel peut se conserver dans la ruche d'une année sur l'autre. C'est la réserve en nourriture énergétique des abeilles. Sur leurs pattes, les abeilles transportent le pollen aggloméré en petites boules appelées pelotes. Ce sont les cellules fécondantes des fleurs.

Les abeilles maîtrisent à la perfection la fabrication de petits "fromages" de pollen lacto-fermentés dans les alvéoles qui entourent le nid à couvain : c'est le "pain d'abeilles". Performance extraordinaire, elles conservent un aliment plus riche en protéines que la viande ou le poisson. Le pollen, par cette richesse en protéines, est extrêmement fragile car les micro-organismes qui pourraient le corrompre abondent. L'abeille réalise cette performance à 36°C, température idéale pour le développement de nombreuses bactéries. C'est cependant la température du pourtour du lieu d'élevage des larves. Il y règne de plus une humidité extrêmement élevée, pour que ni les larves, ni la gelée royale ne se dessèchent. Pain et Maugenet ont découvert le procédé utilisé par l'abeille pour une parfaite conservation du pollen : les abeilles élèvent, dans le nectar qu'elles emmagasinent autour du nid à couvain, des ferments lactiques et quelques levures.

Avant de partir pour butiner, les abeilles emplissent leur jabot de nectar prélevé dans la ruche. Pendant le butinage, elles régurgitent ce nectar goutte à goutte pour mouiller leurs pattes postérieures. Le pollen va s'agglutiner autour d'un poil situé au centre des "corbeilles" de leurs pattes postérieures.

Vous avez sûrement observé les abeilles pratiquant un vol stationnaire, tels de petits hélicoptères, après le butinage. C'est lors de cette phase du vol qu'elles régurgitent des gouttelettes de nectar qu'elles passent de patte en patte pour humidifier les pelotes portées par les pattes postérieures. Le pollen, qui n'adhère que faiblement aux poils du corps, est projeté sur les pelotes par le courant d'air que le battement des ailes génère. La vibration du corps pendant le vol va compacter le pollen dans les corbeilles. Lors de ces opérations, un ensemencement en bactéries est pratiqué par l'abeille. Les ferments qui sont dans le nectar vont donc ensemencer les pelotes. Cette pratique, digne de l'industrie alimentaire, est en fait maîtrisée par l'abeille depuis plusieurs millions d'année."

 

Voilà, ça valait bien un bon quart d'heure de retranscription, non ?!!

 

pollen-ruche-bouche-1.jpgDe retour à la ruche, l'abeille va être confrontée à un stratagème appelé "trappe à pollen", destiné à lui retirer une partie de sa précieuse récolte. Le tunnel d'entrée à la ruche, visible sur la droite, est barrée d'une grille dont les trous font la taille du corps de l'abeille (4,9 mm pour être précis). La grille dépasse sur la gauche : on voit bien la cause de l'arnaque... L'abeille passe la grille, mais pas les pelotes qui dépassent sur le côté des pattes : elles sont décrochées et tombent dans un panier hors d'accès des butineuses. Au bout de 2-3 jours, ces mini-Einstein passent une patte puis l'autre, rentrant ainsi 80 à 85 % du butin protéiné pour élever leurs larves malgré tout. Autant dire qu'on ne pratique cette récolte que sur les colonies fortes et récoltant plus de pollen que les autres...

A l'arrière de la grille, on aperçoit le "trou à mâles", qui permet aux faux-bourdons d'aller faire pipi malgré leur stature barrée par la grille, et aussi à un paquet de butineuses de courcircuiter la grille. On ne peut pas leur en vouloir...

 

pollen-ruche-bouche-2.jpg

 

 

Dans le panier, le pollen s'accumule sous le regard désabusé des butineuses.

 

Je vide les paniers l'après-midi, pour éviter que l'humidité nocturne n'altère le précieux butin. Les paniers se retirent sur l'autre côté et sont vidés. Je les nettoient à la brosse à dent pour que le pollen un peu collant ne puisse moisir d'un jour sur l'autre, et je les javellise une fois par semaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pollen-ruche-bouche-3.jpgpollen-ruche-bouche-4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pollen est ensuite pesé pour le suivi de la production ruche par ruche.

Lors de la remise du panier, comme l'utilisation de la fumée est proscrite pour respecter le pollen, il est sage de chasser les abeilles (avec le manche de la brosse à dent par exemple) pour éviter un carnage... C'est l'occasion aussi d'enlever d'éventuelles larves de fausse-teigne, ce papillon gourmand de cire et de pollen, qui a trouvé la planque à l'abri des nettoyeuses.

 

pollen-ruche-bouche-5.jpg pollen-ruche-bouche-6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est temps de rentrer  dans le local de conditionnement !

Le pollen "brut de récolte" nécessite un tri soigneux . Voyez plutôt ! A gauche, on aperçoit une fourmi et un morceau de tégument. A droite, c'est une fleur qui s'est égarée dans le quartier...

pollen-ruche-bouche-7.jpgpollen-ruche-bouche-8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On appollen-ruche-bouche-10.jpgerçoit souvent des petites boules irrégulières : c'est de la propolis en cadeau bonus ! A droite, la  butineuse qui nous honore de cette nette amélioration du menu... Les corbeilles à pollen servent aussi à ramener la précieuse résine.

pollen-ruche-bouche-9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passe le pollen dans un trieur simple, dont le plan se trouve à cette adresse.

 

Le ventilateur d'ordi, judicieusement recyclé, crée un courant d'air ascendant. Le pollen, assez lourd, est peu dévié, contrairement à la poussière de pollen et autres petits débris légers.

 

 

trieur.jpg

Comparez ce qu'on trouve dans les tiroirs en bas :

pollen à gauche essentiellement, à droite, le reste !

pollen-ruche-bouche-11.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pollen-ruche-bouche-12.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce procédé malin n'empêche pas un contrôle visuel, pour enlever les quelques fourmis qui se sont accrochées au grain de pollen dans leur chute vertigineuse, ou encore une larve d'abeille mycosée, montrant que sa ruche commence à être en manque de pollen (je lui retire alors la grille).

 

 Le pollen trié est ensuite pesé et mis en sachet.

pollen-ruche-bouche-13.jpg pollen-ruche-bouche-14.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'utilise un compresseur de frigo (merci Bernard, qui se reconnaîtra !) branché sur un appareillage maison pour faire le vide : voyez plutôt !

pollen-ruche-bouche-15.jpg  pollen-ruche-bouche-16.jpg

 

 

 

ça

marche

!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, il est temps de sceller la poche pour dire adieu à l'oxygène pour un bon bout de temps...pollen-ruche-bouche-17.jpg

 

 

 

 

 

J'imprime une page d'étiquettes en recto-verso, sur du papier épais, pour informer les futurs gourmands.

pollen-ruche-bouche-18.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière soudure pour immortaliser l'instant...

pollen-ruche-bouche-19.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est grand temps de mettre le fruit de ce travail "au chaud",  enfin à l'abri, à -18°C !!!

pollen-ruche-bouche-20.jpg

 

 

 

 

(il va être temps de dégivrer le "qu'on gèle", d'ailleurs !)

 

 

 

(et il va être temps d'aller se coucher, aussi !!

 

Bonne nuit les zamis !!!)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ben 06/10/2010 10:07


Super à lire, ça donne envie d'y gouter !


Ludo 24/10/2010 15:41



Ahhh Ben, tu nous manques ! Quand revenez-vous dans le quartier, toi et tes trois femmes ???



Christophe 05/10/2010 05:34


Magic Ludo !

Avant, quand j’entendais parler de pollen d’abeilles, j’utilisais le camouflage : l’air intelligent pour masquer les méninges en déroute.

Maintenant j’ai le plan :
Surprendre l’auditoire : l’industrie hyménoptère des levures et ferments lactiques
Envouter l’attention : la fermentation de pains-fromages par ventilation géostationnaire
Charmer le public : la grille d’entrée avec orifice de 4,9 mm pour récupérer les boulettes
Chavirer les esprits : l’entrée patte à patte des abeilles dans la ruche pour en garder quand même.

Ludo, je vais te le dire : la force de la LOL est avec toi


Ludo 15/10/2010 10:26



Ahhh, c'est bien du Tof tout craché, ça...


Et le pollen de Marseille, c'était comment ?



Présentation

  • : les abeilles de Lifou
  • : les aventures des avettes tropicalisées... Partages d'expériences happycoles, juste pour le plaisir !
  • Contact

Rechercher

Les 10 Derniers

  • Plan de la ruche
    En rouge, les nouveautés. Accès direct aux pdf : pollen - propolis - schéma de ruche Langstroth baumes - baumes personnalisés Votre avis m'intéresse : retour de feeling Commandez les cosmétiques des abeilles chez les fées de BioAttitude.nc ! • Journal...
  • Initiation sur les bases apicoles
    Ka'oha nui ! (et oui : autre région, autre bonjour...) Voilà un doc qui synthétise le savoir minimum pour débuter en apiculture, une sorte d'introduction pour ceux qui n'ont jamais approché une ruche de leur vie. doc de formation "bases apicoles" Bonne...
  • Baume anti-moustique
    Si vous arrivez "par hasard" sur cette page, merci de faire un crochet par là : intro sur les recettes . Pour le tutoriel, voir le livret de cours sur l'apicosmétique , page 2 Avec la base de baume simple, si on ajoute 1 % d'huile essentielle bio (soit...
  • Tutoriel cosméto
    Dans le livret sur le cours d'apicosmétique est illustrée la méthode simple pour faire 1 ou quelques baumes, avec les ustensiles de la cuisine. Petit pot en verre, casserole d 'eau pour bain-marie, baton de brochette (propre) pour touiller, proportions...
  • Le baume simple et ses variantes
    Voilà, on entre dans le vif du sujet !! Voici la base de mes baumes, qui va se complexifier au fil des recettes. Si vous arrivez "par hasard" sur cette page, merci de faire un crochet par là : intro sur les recettes Pour le tutoriel, voir le livret de...
  • Les docs des formations
    Bonjour ! Voici les pdf des documents qui accompagnent les 3 formations que j'ai eu la joie de transmettre pendant le second semestre 2017 : Conduite en synergie avec les colonies, les produits de la ruches : leur récolte, leur transformation et leur...
  • Les recettes
    Hello la famille !! Vous allez bien ? Après ces semaines de silence, les choses s'éclaircissent par ici... La migration sur Nuku Hiva débouche finalement sur une reprise du soin aux animaux. La sécheresse a retardé la production d'essaims, les difficultés...
  • Abeilles / Fourmis : 1 partout
    Hello ! Ka'oha nui ! Une nouvelle page des zabeilles tropicalisées s'ouvre, sur l'île de Nuku Hiva au Nord des Marquises. Et comme vous allez le voir dans la vidéo qui suit, ça commence bien vivant !! Bon visionnage et à bientôt ^_^ Les aventures des...
  • Endo-kényane
    Pour le fun, j'ai commandé un mini-endoscope pour Android à 15 boules... Ce n'est pas pour visiter mes trous d'nez ! Mais pour aller voir les zélées !! Bon, il ne faut pas s'attendre à des miracles côté qualité des photos, maintenant ça devient rigolo...
  • La forme à Sion
    Hello ! Je propose 3 modules de formations pratiques : A - Conduite en synergie avec l'abeille constat de l'échec d'une apiculture intensive basée sur nos besoins/envies observation de l'entité colonie, apparentée à un mammifère répondre aux besoins de...