Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 19:01

Coucou !

Ballade au Bout du Monde...

(on est toujours au bout du monde de quelque part ailleurs ?!)

Lors de ces semaines finistériennes, morbihanaises, mais aussi cotentinoises, nantaises et charentaises, l'oeil est aux aguets dès qu'il erre dans la nature, voyeur compulsif des splendeurs florales exhibitionnées...

"Qui butine quoi, par ici ??"

Alors, quand le capteur de lumières est sous la main, ça donne ça :

à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???
à voir le Bourdon ???

Zavez r'marqué ???


Oui... ça bourdonne, ça bourdonne !!

Il y a même des insectes non identifiés !

Mais des abeilles "domestiques", que couic !!

Si, parfois, j'en ai vu une part terre, en mauvaise posture...
Ou même une fois, posée sur une fleur, à 21 h, genre "laisser-moi mourrir là"...

Du butinage d'Apis mellifera, j'en ai vu seulement deux fois, et dans la même zone : ahhh quand même !!

(espérons que le trèfle leur porte bonheur !)(espérons que le trèfle leur porte bonheur !)
(espérons que le trèfle leur porte bonheur !)

(espérons que le trèfle leur porte bonheur !)

En creusant un petit peu, la source a été vite trouvée : il s'agit de quelques ruches posées sur le toit de la mairie du Conquet :

à voir le Bourdon ???

Alors........

Pourquoi profusion de bourdons, (Bombus terrestris, pour les intimes !), et si peu d'avettes ?

Curieux, j'ai posé la questions aux amateurs d'abeilles locales, regroupés en groupe yahoo "abeilles noires"...

(groupe que je vous recommande chaudement, d'ailleurs !)

Voici quelques éléments de réponse :

je ne suis pas compétent en physiologie du bourdon, mais j'ai aussi observé leur présence fréquente.
Quelques particularités les rendent plus facile à détecter en ce moment.

Il fait souvent bien trop froid pour les abeilles, mais les bourdons sont connus pour sortir dès 5° et ils volent beaucoup plus tôt chaque jour.
ils peuvent butiner beaucoup plus de plantes que les abeilles, grâce à leur puissance plus grande, et en conséquence on les trouve là où les abeilles ne vont pas.

Pour ce qui est de leur sensibilité ou leur résistance éventuelle aux phytosanitaires, je suis curieux de connaître les éventuelles études sur le sujet.
Un facteur différenciant par rapport à l'abeille est le cycle de reproduction, chaque colonie n'existant que quelques mois, il n'y a pas l'effet d'accumulation des phytosanitaires dans les provisions ou la cire.

Je vais suivre avec attention les réponses faites sur ce sujet.

Cordialement,
Lionel

Ou encore, via Janine :

Bombus est-il plus ou moins sensible qu'Apis? Je ne connais pas assez la question pour te répondre, je ne suis pas sûre d'ailleurs qu'il y ait à cela une réponse univoque. Pour ce qui est de la dose létale 50 de l'imidaclopride, Bombus t. est à peu près 10 fois moins sensible que Apis m, par exemple, mais je ne suis pas sûre que ce rapport soit le même pour un autre pesticide, et il pourrait même être l'inverse! Ça dépend de la nature de la substance et des voies métaboliques que la détox met en jeu à mon sens.

(l'imidaclopride est la molécule active, présente notamment dans le Gaucho, interdite depuis peu en Europe malgré la pression des lobbys de l'agrochimie... La DL 50 est la "dose léthale 50", dose provoquant la mort de 50% des insectes exposés...)

Janine (qui œuvre au CARI) insiste aussi sur le fait que même si les études sur la toxicité des pesticides sur les abeilles sont souvent biaisées et insuffisantes, elles ont le mérite d'exister, contrairement à celles concernant les bourdons ou autres abeilles solitaires, plus rares voires inexistantes...

a

Voilà, cette observation illustre-t'elle la pression d'un environnement de plus en plus toxique sur les insectes pollinisateurs ? Ou simplement nous rappelle que le printemps s'est fait tirer l'oreille cette année ??

Le saura-t'on un jour ?

Qu'importe, peut-être !

Belle journée à vous !

Repost 0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 22:07

Le rayon de soleil

n'avait pas son pareil

pour faire pousser les fleurs

butinées avec cœur

et finir, ô merveille,

comme un rayon de miel...

 

Un rayon de miel

Pour la plupart des citadins, déconnectés de Dame Nature, le miel vient du pot comme le lait vient de la brique... Peu ont eu la chance d'aller cueillir le miel à sa source, de croquer dans un morceau de rayon tout juste détaché du creux d'un arbre, sentir les milles parfums exploser en bouche tandis que les oreilles bourdonnent encore des avettes un poil vexées...

 

Qu'a-t'il de si extraordinaire, ce miel ?

Il est tout frais, complet, intouché, du brut de la ruche... Pas d'arômes évaporés à la désoperculation... Pas d'oxydation à l'extracteur, lorsque les fins filets de miel, projetés sur les parois, sont en grand contact avec l'air...

Et d'autres merveilles ajoutées, puisque l'emballage-cadeau de cire toute fraîche contient son lot de propolis protectrice, évitant toute explosion microbienne dans la colonie, et puissant adjuvant de notre santé...

 

Pourquoi est-ce si peu fréquent d'en trouver ? Ce met de gourmet exige plus de soin pour garder cette pureté : assurer que toute la cire qui sera mastiquée soit la plus récente et exempte de toute pollution (comme celle par les acaricides, que l'on trouve dans les cires gaufrées du commerce, du fait des traitements contre le Varroa...), conditionner précieusement pour ne pas abîmer cette structure fragile...

Quand on sait que la fabrication d'un kilo de cire par les glandes cirière des jeunes abeilles nécessite la consommation de 5 à 12 kilos de miel et d'un kilo de pollen, on comprends mieux pourquoi cette présentation est si précieuse...

 

Il existe bien, dans le commerce, des systèmes à base de fond de boîtes en plastique, dans un cadre de hausse, que les abeilles remplissent de leurs constructions.

 

Perso, j'ai du mal à mettre du plastique dans la ruche : il y a d'autres moyens plus simples, aussi...

Un rayon de miel

Pour les amateurs de ruches sans cadres, comme la kényane, le miel produit ne PEUT PAS passer à l'extracteur... Les cadres vite remplis après construction, pendant une grosse miellée, sont donc des candidats parfaits pour être coupés et vendus « en l'état »...

belle cire blanche (récente) à gauche, cire plus agée, ayant déjà contenu du couvain, à droite

belle cire blanche (récente) à gauche, cire plus agée, ayant déjà contenu du couvain, à droite

Marius nous présente un candidat idéal !

Marius nous présente un candidat idéal !

Pour les cadres plus agés, dont la cire est plus chargée, plus foncée, il est toujours possible de presser, comme vu par ici.

Un rayon de miel

Pour les ruches à cadres, il est possible de simplement intercaler entre deux cadres déjà construits un cadre sans RIEN : ni fils en inox, ni cire gaufrée ! En cas de grosse miellée, ça construit et rempli assez vite pour avoir un candidat idéal à la mise en morceaux...

Visez-donc le cadre à droite !

Visez-donc le cadre à droite !

Des fois, c'est très régulier, parfois, les formes sont rigolottes (d'autant plus si deux cadres vides sont mis côte à côte, et que les rayons tissés enjambent les deux...) : il n'y a jamais deux cadres pareils... Spectacle !

Un rayon de miel
Un rayon de mielUn rayon de miel
Un rayon de miel
Allez, çuilà, on l'embarque !

Allez, çuilà, on l'embarque !

Une fois le cadre operculé complètement, retiré de la hausse et amené à la miellerie, il suffit de le découper proprement en 8 à 12 morceaux...

Un rayon de miel

Chacun est ensuite mis délicatement en sachet, mis « sous vide » et scellé.

L'utilisation d'une vraie machine sous vide est à proscrire : les alvéoles explosent, Pat l'a essayé et ne vous le recommande pas !!

Le vide relatif à par contre l'avantage de renforcer la structure : le gateau est bien tenu et moins mou à la manipulation...

Ils ne résisteront tout de même pas aux doigts curieux des enfants, qui trouvent cette « pâte à modeler » très attractive !!

Un rayon de miel
Un rayon de miel
Un rayon de miel
Un rayon de miel

La conservation est facile, sachet fermé : juste éviter la lumière directe...

Une fois ouvert, prenez soin de transférer le morceau de rayon dans une boîte fermée, à l'abri de l'humidité.

Bon appétit !

Un rayon de miel
Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 22:48

Coucou !

Depuis quelques jours, je teste "Bee Happy", ce simulateur de ruches / ruchers qui vous prends par la main pour rentrer dans l'intimité du mondes des abeilles et explorer les actions d'un apiculteur...

Les amateurs de jeu de rôle seront vite à l'aise : attention on devient vite accroc !

Tout commence par l'achat d'une ruche simple (une Warré) honorée d'une jeune colonie : on commence par nourrir la reine, lui permettre de pondre, on est guidé à nourrir les larves et les adultes, et progressivement nous rentrons dans cet univers aux milliers de facettes (tout comme les doux yeux des avettes...).

Plus qu'un jeu, cet outil pédagogique (dont les bases sont proches de la réalité) permet de vraiment appréhendé la dynamique d'une colonie (et sans doute d'un rucher, lorsque les récoltes permettront d'acheter d'autres ruches !).

Bee Happy : le jeu !

C'est très progressif : chaque étape nécessite d'attendre le jour suivant pour la suite des zaventures : acheter et installer une trappe à pollen, suivre une formation et s'équiper d'un enfumoir et d'un voile, etc...

Et pour ceux qui sont très pressés, il est possible de passer directement au jour suivant... en achetant des bonus...

Avec un millier d'utilisateurs à ce jour, le jeu est encore en version bêta, il n'attends que vos remarques pour faire évoluer l'outil au mieux !!

Alors.... à vous de jouer !!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 19:52

Isabelle, responsable de la prévention à la santé des îles Loyauté, m'a demandé d'écrire conjointement un article sur "l'activité brûlante du moment" : l'épidémie de dengue et l'impact des traitements insecticides.

 

 

Vous le savez, la dengue sévit fortement cette année, et pour limiter sa dissémination, des épandages d'insecticide ont lieu autour des habitations des malades, afin de tuer les moustiques Aedes aegypti, le vecteur du virus. Ces traitements affectent aussi les autres insectes, y compris les abeilles : aux îles Loyauté un réseau permet aux apiculteurs de déplacer leurs ruches avant que l'épandage n'ait lieu.

 

Lorsqu'une colonie est à proximité d'un tel nuage toxique, une partie importante des butineuses va succomber ou avoir le cerveau suffisamment perturbé pour ne plus retrouver la ruche. La colonie en meurt rarement, cependant le déséquilibre de population va la fragiliser : elle va être fortement touchée, quelques semaines plus tard, par des problèmes sanitaires. Plus insidieux, le travail de collecte des nectars, pollens, propolis et eau dans un rayon de 2 kilomètres va aboutir à une contamination et concentration des larves d'abeilles, de la reine, des réserves et de la cire, en insecticides mais aussi en gazole (utilisé pour la dispersion de la molécule toxique).

 

Inutile de diaboliser, utile de regarder toutes les conséquences de nos choix afin d'améliorer nos stratégies ! Laissons les abeilles nous inspirer par leur exemple... et les dizaines de millions d'années d'expérience supplémentaire ! Comme nous, l'individu est faible et fragile quand il est seul dans la nature. Comme nous, l'organisation en société a changé la donne : lorsque l'individu est au service du groupe, celui-ci est au service de chacun. C'est un modèle formidable de développement totalement intégré à l'environnement, apportant même une plus-value très forte par la pollinisation des plantes à fleurs. Toutes les productions des abeilles sont des aliments de très haute qualité et des merveilles pour notre santé, aucune ne nuit à l'équilibre naturel.

 

L'essaimage, spectaculaire évidence de l'organisation d'une vie en société

 

Par comparaison, nous sommes moins bons... Pour cette lutte contre les moustiques, la deltaméthrine utilisée est heureusement vite détruite à la chaleur, mais les résistances obligent parfois à utiliser le malathion, bien plus persistant et dangereux pour nous... Autres conséquences : les insectes prédateurs des moustiques sont aussi tués, toute une chaîne alimentaire disparaît dans la zone traitée, et les résidus de ces molécules finissent dans nos poumons ou nos estomacs un jour ou l'autre... Quand on sait que notre métabolisme est perturbé par d'infimes traces de molécules toxiques (exemple des perturbateurs endocriniens), à l'origine de nombreuses maladies chroniques, cela donne envie de chercher d'autres solutions...

 

Elles existent, mais demandent un peu plus d'efforts de chacun ! Aedes aegypti ne peut pondre sans eau stagnante : supprimer les « gîtes larvaires » affecte plus fortement la population de moustiques qu'un gazage ponctuel des adultes... Comme ce moustique ne peut vivre qu'à proximité de l'homme et profite de sa négligence autour et dans les habitations, prendre soin de notre environnement immédiat a un impact bien plus important que ce que l'on peut imaginer !! Vider nos gîtes larvaires deux fois par semaine permet donc de concilier un frein efficace à l'épidémie de dengue, la possibilité d'un développement agricole sain, un impact positif sur la biodiversité et le respect de notre santé par la diminution du besoin d'épandage d'insecticide.

 

Tous les insectes pollinisateurs sont touchés : pas seulement les abeilles domestiques !

 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 16:50

La dengue (se prononce "dingue" !) est une maladie virale, transmise par le moustique rayé, qui sévit actuellement en Calédonie, et notament aux Îles Loyauté.

 

Quand une personne est touchée, trois traitements anti-moustique ont lieu autour de son domicile et à son lieu de travail, afin que les moustiques contaminés ne puissent transmettre le virus aux proches et aux collègues. Bon, ça ne tue que les adultes : le véritable remède consiste à empêcher le moustique de pondre en supprimant tous les mini-points d'eau autour des maisons...

 

Vous vous en doutez, un insecticide, ça tue... les insectes !! Ce qui ne fait pas l'affaire des apiculteurs, dont les ruches parfois proches des habitations sont exposées aux traitements...

 

Une coordination se met en place entre les différents acteurs de la santé publiques et les instances apicoles, dans les Loyauté, afin que les apiculteurs concernés par un épandage proche ait le temps de déplacer ses ruches.

Tout est expliqué par là !

 

Alors, comme tout arrive, c'est mon tour d'être dengueux, puis celui du voisinage très proche (le lotissement provincial qui jouxte le terrain).

 

Opération déménagement, avec Antoine, Eric et Laurent ! Mille merci les amis !!

 

Les douze ruches sont déplacés à douze kilomètres de là, en plus de douze minutes il est vrai... Sammy accepte chaleureusement l'hébergement de la famille ailée dans son verger éloigné des tribus, et comme c'est un pionnier du bio dans les îles, c'est rassurant pour la santé de mes fifilles... Grand merci à lui aussi !

 

Voilà donc les caisses dans leur nouvel environnement provisoire, apparemment très mellifère !

 

dengue-1.jpg

 

Comme supports provisoires (pour limiter le chantier) : des pneus, percés pour l'évacuation de l'eau...

 

 

Le jardin parait bien vide à la maison, sans le ballet des butineuses !!

 

dengue-2.jpg

 

(sous les supports, on voit les pierres ponces, crachées par les volcans sous-marins de l'archipel du Vanuatu : c'est censer limiter la pousse des herbes dingues, euhh : folles !, et de limiter les fourmis électriques... à voir à l'usage...)

 

 

 

 

Le lendemain, puis 2 et 8 jours après, les techniciens de la communes sont passés épandre le mélange de deltaméthrine et de gazole, tout autour des maisons du quartier.

 

dengue-3.jpg

 

Je profite de l'absence des ruches pour débrousser le terrain, et ainsi limiter le développement des gîtes larvaires, zones de reproduction des moustiques Aedes egyptii... Il y a de quoi faire !

 

 

Voilà, au bilan, quelle chance de pouvoir coordoner ces actions en bonne intelligence, pour limiter les dégats collatéraux ! Le rucher retournera bientôt à Traput, mais pitète du côté des champs, loin des habitations susceptibles d'être traitées à un moment ou un autre... D'autant plus que personne ne sait vraiment combien de temps le gazole est rémanent, et s'il risque de se retrouver collecté puis stocké dans les cires et le pollen...

 

Pas glop !

 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 09:17

Voici la suite du tableau des huiles essentielles utilisées pour la confection des baumes...

 

Remarque  : cette synthèse bibliographique, issue des fiches techniques www.aroma-zone.com décrit les domaines d’utilisation traditionnelle des huiles essentielles. Ces crèmes ne sont pas des médicaments, elles ne peuvent prétendre guérir à elles seules les troubles de santé évoqués ci-dessous. Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. En cas de pathologie, merci de consulter un médecin et de suivre les conseils d’un aroma-thérapeute.

 

Les huiles de qualité biologique sont indiquées par ce symbole image002

 

La gamme de prix des crèmes est la suivante  : aucune indication  : 1200 XPF, 1500 XPF, 2000 XPF

 

 

galbanum : odeur verte, amère, terreuse, conifère, balsamique. Ulcérations, abcès et autres infections cutanées, asthénie, fatigue  .

 

gaulthérie : odeur chaude, camphrée, légèrement caramélée, aux notes de cuir. Antidouleur, décontracturante, eczéma inflammatoire. (irritante à l'état pure)

image002.jpg

genévrier bio : odeur légèrement boisée, agréable et caractéristique, légèrement poivrée. Acné, peau grasse, eczéma, herpès, séborrhée du cuir chevelu, purifie le corps et l’âme, renforce volonté, courage et confiance. (éviter en cas de grossesse ou de maladie rénale)

 

géranium : odeur douce, sucrée, agréable et caractéristique. Tonique astringent cutanée, antifongique et antibactérien ; vergetures (prévention), zona, eczéma, psoriasis, impétigo, acné, plaies, mycoses cutanées, antirides, asthénies et fatigue générale.

géranium menthoné : odeur de géranium et de menthe !

 

gingembre : odeur chaude, délicate et épicée. Stimulant, tonique sexuel, aphrodisiaque.

image002.jpg

girofle bio : odeur aromatique, épicée, puissante, avec une odeur aldéhydée montante de tête. Zona, herpes simplex, parasitoses cutanées, gale, acné infecté, asthénie physique et intellectuelle. (Déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes)

 

gurjum : odeur terreuse et sucrée.

image002.jpg

hélichrise italienne ou Immortelle bio : odeur intense, enivrante. Anti-hématome très puissante,  cicatrisante et desclérosante, plaies, eczéma, psoriasis, acné rosacée. (Déconseillée aux femmes enceintes)

 

iary : odeur résineuse, fraîche, boisée. Rubéfiante, elle provoque une léger échauffement de la peau, positivante, elle dissout les peurs et transmet force, courage et confiance pour faire face aux aléas de la vie.

iris : odeur poudrée, verte-boisée, de violette.

jasmin : des notes fleuries, douces et sucrées qui rappellent le lilas ou le muguet se mélangent à des odeurs vertes et poudrées très raffinées. Antioxydant, purifiant , apaise les tensions, favorise le sommeil, accroît l’optimisme, tonique sexuel.

 

kunzéa : odeur fraîche, résineuse, épicée, aux notes de cannelle. Infections cutanées, ulcères, eczémas, mycoses, acceptation de la douleur, relâche les tensions, apporte force et courage, positivante, affirme le Yang, aide en cas de procrastination et dépendances, minimise le «  jet-lag  ».

 

lantana : odeur caractéristique du davanone. Cicatrisant. (Déconseillée aux femmes enceintes)

 

laurier noble : odeur fraîche, puissante, aromatique, aux notes épicées. Acné, furoncles, ulcères, mycoses cutanées, asthénie mentale, dépression. (sensibilisation allergique possible)

 

lavande vraie : odeur herbacée, florale, fraîche. Affections cutanée infectieuses, cicatricielles ou allergiques : acné, couperose, psoriasis, prurit, eczéma ; plaies, brûlures, piqûres d’insectes, feu du rasoir, escarre, ulcère, vergetures, antalgique, calmante, antidépressive.

 

lavandin : odeur caractéristique, lavandulée, très herbacée, boisée, fraîche, légèrement camphrée. Anti-inflammatoire, cicatrisante, antalgique, calmante, relaxante. (déconseillée si risque épileptique)

 

litsée citronnée : odeur citronnée, fleurie, agréable et fraîche. Acné, peau très grasse, mycoses, angoisse, agitation, insomnie.

 

magnolia : odeur florale, vanillée, citronnée, suave. Calmant nerveux.

image002.jpg

mandarine rouge bio : odeur douce et florale, très fine et fruitée. Acné, séborrhée, rétention d'eau, cellulite, peau sèche, vergetures, verrues, puissant calmant, favorise le sommeil, antidépressive. (photosensibilisante)

 

manuka : odeur douce et très agréable. Infection cutanée, abcès, teigne, cor au pied, ampoule, verrue, ulcère, ulcère buccal, herpès, pied d'athlète, plaie, coup de soleil, échauffement de la peau, brûlure légère, piqures d'insectes. (déconseillée chez la femme enceinte et allaitante)

image002.jpg

menthe poivrée bio : odeur herbacée, fraîche, mentholée, puissante. Anti-prurigineuse, rafraîchissante, fatigue physique, mentale et sexuelle. (déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante, les sujets épileptiques)

image002.jpg

menthe verte bio : odeur  fraîche, aromatique, herbacée, mentholée, aux notes de chlorophylle. Cicatrisante, calmante nerveuse. (déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante)

mimosa : un départ herbacé rappelant le concombre frais laisse place ensuite à une divine odeur de miel poudrée.

 

monarde fistuleuse : odeur fleurie, suave, douce de géranium. Tonique cutané, antifongique efficace , asthénies.

 

myrrhe : odeur chaude, finement boisée et résineuse. Plaies atones, ulcères cutanés, escarres, lèvres et pieds gercés, coup de soleil, eczéma, cicatrisation diffcile, abcès, furoncle, psoriasis, vergetures, chez les enfants : hyperactivité, énurésie, autisme, phobie, angoisse.

 

myrte verte : odeur caractéristique, mentholée et camphrée. Sourcils déficients, peau ridé ; tonique et astringente cutanée : psoriasis, acné, peau dévitalisée, irritée, enflammée, prépare au sommeil. (interdite aux femmes enceintes, qui allaitent et aux enfants de moins de 6 mois)

 

nard jatamansi : odeur épicée et douce, très légèrement anisée. Améliore la circulation veineuse, aide à l'entretien de la peau, psoriasis. (déconseillée chez la femme enceinte)

image002.jpg

néroli bio : odeur fleurie, fine, caractéristique de la fleur d'oranger. Rides, peaux sensibles, couperose, cicatrices, vergetures, stress, insomnies, tensions nerveuses, crises d'angoisse, trac, anxiété, palpitations, asthénie sexuelle.

 

niaouli de Bourail : odeur fraîche, intense, aromatique, légèrement amère, rappelant l'eucalyptus. Mycoses, eczéma, acné, plaies, herpès, zona, varicelle, radiodermite. (Prudence chez la femme enceinte et les enfants de moins de 6 ans, irritations cutanées possibles à l'état pur)

image002.jpg

œillet d'Égypte bio : superbe note florale, épicée et rosée, et légèrement poivrée et terreuse.

image002.jpg

orange douce bio et orange sanguine : odeur hespéridée, fraîche, sucrée, fruitée et acidulée. Tonique de l'épiderme, anxiété, nervosité, agitation, insomnie. (photosensibilisante, risque de réaction allergique)

 

origan compact : odeur puissante, aromatique, herbacée, aux notes épicées et amères. Dermatoses infectieuses et parasitaires : gale, mycoses, teigne, abcès, positivante, tonique et stimulante générale. (déconseillée pendant la grossesse)

osmanthus : odeur de fruit jaune, sucrée, miellée, acidulée. Son aspect légèrement cuiré entre en note de fond et apporte une note ambrée sans lourdeur.

 

palmarosa : odeur fraîche, douce, fleurie, proche de la rose. Mycoses cutanées, transpiration excessive, acné, plaies, eczéma, escarres, crevasses, stress, anxiété, irritabilité, aphrodisiaque. (utilisée pure  : interdit aux femmes enceintes)

 

pamplemousse : odeur caractéristique du pamplemousse, acidulée et sucrée. Cellulite, rétention d'eau, obésité, peaux grasses et congestionnées, fatigue, stress, angoisse. (photosensibilisante)

 

patchouli : odeur suave, terreuse, orientale et chaude avec une légère note de fumet. acné, eczéma séborrhéique, dermatoses inflammatoires et allergiques, parasitose, mycose, impétigo ; escarre, crevasse, rides, peaux sèches et asphyxiées, cicatrices, peaux grasses et chargées, éloigne les moustiques, tonique, aphrodisiaque.

image002.jpg

petitgrain bigarade bio : odeur fraîche, brute, aux notes fruitées et fleuries, rappelant la fleur d'oranger. Régénérante cutanée, revitalisant tissulaire : acné, furoncles, escarres, transpiration excessive, plaies, eczéma, lichen, calmante, équilibrante, harmonisante sur le plan affectif.

 

pin sylvestre : odeur fraîche, résineuse, odeur de "sciure fraîche". Baisses de concentration, dépression. (déconseillée aux enfants de moins de 6 ans)

 

ravintsara : odeur fraîche, intense, aromatique, légèrement camphrée. Zona, herpès, drainage lymphatique, insomnie, dépression, angoisse, asthénie profonde, nerveuse et physique. (extrêmement douce, dénuée de toute toxicité)

 

rhododendron : odeur fraîche et herbacée, légèrement citronnée. Relaxation et méditation.

image002.jpg

romarin à verbénone bio : odeur herbacée, florale, fine, ronde.  Tonique cutané, cicatrisant, couperose, acné, séborrhée, varicosités, équilibrant du système nerveux. (à ne pas utiliser en cas de grossesse, pour les sujets épileptiques, les femmes allaitantes et les bébés, déconseillée en cas d'antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein)

 

rosalina : odeur boisée avec une note fleurie et légèrement camphrée, agréable, semblable au bois de rose. Acné, herpès, anti-âge et régénérante, calmant, relaxant.

rose de Damas (absolue) : odeur caractéristique, fleurie, naturelle, opulente et subtile. Rides, peaux atones, couperose, ptose cutanée, asthénies sexuelles, stress, insomnies, tensions nerveuses.

santal d'Ouvéa ou de Maré : odeur boisée, ambrée, orientale, persistante, note de fond. Rides, couperose, psoriasis, eczéma, ulcère variqueux, démangeaisons et inflammations cutanées, insomnie, fatigue sexuelle. (à utiliser sur de courtes périodes)

 

saro : odeur  très agréable, verte, cinéole et chaude. Mycoses, acariens, vergetures, cicatrices, rides, astringente cutanée fatigue profonde, dépression nerveuse.

 

sassafras : sudorifique, analgésique et désinfectant de la peau, stimulant intellectuel.

 

sauge sclarée : odeur agréable et herbacée, petit note camphrée, fixatif de parfum. Transpiration excessive, peaux grasses, acné, furoncles, inflammations cutanées, fatigue nerveuse, aphrodisiaque  . (Déconseillé chez la femme enceinte, effet proche des oestrogènes)

 

tagète : odeur intense, fraîche, fruitée aux notes de pomme verte. Infections cutanées, repousse les insectes. (Photosensibilisante, déconseillé chez la femme enceinte et aux enfants de moins de 6 ans)

 

tea tree : odeur aromatique, fraîche, puissante, aux notes boisées. Abcès cutané, acné juvénile, acné rosacée, eczéma, parasitoses cutanées (gales, teignes), prévention de brûlures par radiothérapie, asthénie, épuisement général.

image002.jpg

thym à géraniol bio : odeur  douce, fleurie, miellée. Tonique et astringente cutanée, acnés, eczémas (tous), mycoses

image002.jpg

thym à thymol bio : odeur puissante, typique de l'herbe aromatique. Parasitoses cutanées, tonique et stimulante générale. (Déconseillée pour les femmes enceintes et allaitantes, pour les enfants de moins de 6 ans)

image002.jpg

tubéreuse bio : odeur unique et complexe, l'absolue de tubéreuse se décline sur des tonalités capiteuses et poudrées de Jasmin, d'Orange et de Miel

image002.jpg

verge d'or bio : odeur fleurie et citronnée, très agréable. Tranquillisante, action sur le plexus solaire et cardiaque.

image002.jpg

verveine odorante bio : odeur douce, fraîche, citronnée. Angoisses, stress, insomnies, dépressions nerveuses, anxiété. (Photosensibilisante)

 

vétiver : odeur terreuse, douce, herbacée. Relaxation, repos psychologique. (Déconseillé chez la femme enceinte et les jeunes enfants)

 

xanthoxylum : odeur épicée, légèrement poivrée, aux notes subtilement citronnées et rafraichissantes. Sédatif, calmant.

 

ylang-ylang : odeur puissante, forale, boisée et balsamique. Régénérateur cellulaire et antiseptique, séborégulatrice, tonique de la peau et des cheveux de tout type, anxiété, insomnie, dépression, asthénie sexuelle.

 

 

Repost 0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 09:06

Voici le tableau des huiles essentielles utilisées pour la confection des baumes...

 

Remarque  : cette synthèse bibliographique, issue des fiches techniques www.aroma-zone.com décrit les domaines d’utilisation traditionnelle des huiles essentielles. Ces crèmes ne sont pas des médicaments, elles ne peuvent prétendre guérir à elles seules les troubles de santé évoqués ci-dessous. Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité. En cas de pathologie, merci de consulter un médecin et de suivre les conseils d’un aroma-thérapeute.

 

Les huiles de qualité biologique sont indiquées par ce symbole image002

 

La gamme de prix des crèmes est la suivante  : aucune indication  : 1200 XPF, 1500 XPF, 2000 XPF

 

 

amande amère : odeur gourmande, amandée, balsamique et suave. (peut être sensibilisante)

ambrette : odeur ambrée, musquée, douce, florale. (déconseillée aux femmes enceintes)

 

amyris : odeur boisée, suave, chaude, musquée. Relaxante et positivant

angélique : odeur riche et agréable. Tonique, adoucissante, anti-inflammatoire cutanée (peaux sèches ou rugueuses), anxiété, troubles du sommeil, émotivité. (photosensibilisante)

image002.jpg


 

benjoin bio : en tête des odeurs douces, sucrées, lactées et vanillées qui laissent place peu à peu à des notes plus chaudes de caramel, de miel voire de café grillé. Cicatrisante, hydratante, tonifiante, adoucissante, préserve la souplesse de la peau, apaisante, aide à la concentration, "baume au cœur" après un choc émotionnel.

image002.jpg


 

bergamote bio : odeur riche, douce et fruitée. Purifiant, régénérant cutané, acné, eczéma, psoriasis, séborrhée, sédatif et calmant. (très photosensibilisante)

 

bois de guaïac : odeur boisée, chaude, exotique. Décongestionnante, antiseptique et anti-inflammatoire, asthénie.

 

bois de Hô : odeur rafraîchissante, douce, semblable au bois de rose. Anti-infectieuse puissante, fongicide, régénératrice tissulaire, dépression, surmenage, fatigue nerveuse.

 

bois de rose : odeur rafraîchissante, douce, légèrement boisée. Soin des rides, peaux fatiguées, sensibles, irritées, amélioration des vergetures,cicatrisation, dermatoses et soins du visage, rajeunisseur tissulaire, dépression, surmenage, angoisse.

 

bois de Siam : odeur boisée et fraîche. Stimulante, aphrodisiaque.

 

bursera : odeur légère.

camomille bleue du Maroc ou Tanaisie annuelle : odeur puissante, herbacée, aux notes fleuries et fruitées, légèrement mentholées. Inflammation de la peau, démangeaisons, rougeurs, couperose, piqures de moustiques, calmante.(éviter les 3 premiers mois de grossesse)

 

camomille romaine : odeur herbacée, aux notes forales et fruitées. Affections dermatologiques prurigineuses et/ou allergiques : eczéma, psoriasis, acné, dermites ; couperose, peau sensible enflammée, feu du rasoir,   choc nerveux, stress, anxiété, insomnie.

 

camphrier : odeur épicée, agréable et rafraîchissante.

 

cannelle de Chine : odeur chaude, suave, épicée. Propriétés antibactérienne, fongicide, parasiticide, stimulante psychique, tonique sexuel. (éventuellement allergisante)

 

carotte : odeur douce et fraîche en tête, lourde et légèrement épicée en fond. Revitalisante, régénérante, antiride cutanée puissante, tonique cutanée, cicatrisante, désclérosante.

image002.jpg


 

cèdre Atlas bio : odeur douce, boisée, avec une note légèrement acide. Peaux et cheveux gras, dermatoses fongiques, parasitaires, eczémateuses, antimoustique, relaxante et réconfortante.

champaca : un départ fleuri très puissant proche du Lilas ou du Jasmin qui évolue doucement vers une délicate odeur d'œillet. Ces notes complexes et fleuries laissent place peu à peu à un fond miellé, caramélé et amandé

image002.jpg

christe marine bio : odeur intense, iodée, un peu citronnée. Anti-cellulitique, antiradicalaire, raffermissante, régénérante.(déconseillée pendant la grossesse)

image002.jpg


  

ciste bio : odeur intense, ambrée, balsamique, aux notes épicées et boisées. Coupure, acné, plaies, gerçures, crevasses, vieillissement cutané, rides, peaux matures, relâchement cutané, couperose, insomnie.

image002.jpg


 

 citron bio : odeur fraîche, agréable, douce et citronnée. Éruptions cutanées, furoncles, verrues, herpès, comédons, dartres, séborrhée du visage, engelure, tâches de rousseur, couperose, vieillissement de la peau. (très photosensibilisante, dermoagressive)

 

citronnelle : odeur citronnée et caractéristique de la citronnelle. Répulsive des moustiques (et soin des piqures), antifongique.

image002.jpg


 

clémentine bio : odeur subtile d'écorce de clémentine, fruit, miellée. Acné, séborrhée, rétention d'eau, cellulite, peau sèche, vergetures, verrues, puissant calmant, favorise le sommeil. (non photo-sensibilisante)

image002.jpg


 

combawa bio : odeur  fraîche, hespéridée, acidulée, aux notes vertes. Anxiété, stress, agitation, insomnie

croton anisé  : odeur florale anisée.

image002.jpg


 

curcuma bio : odeur épicée, boisée, fraîche. Antibactérienne, antifongique, antioxydant, peaux matures, rides et ridules, teint terne, peaux fatiguées , pessimisme, peur du changement, baisse de moral  .

 

cyprès : odeur de térébenthine puis boisée et ambrée, très fine. Transpiration excessive, asthénie profonde, dysharmonie psychique. (déconseillée chez la femme enceinte)

davana  : odeur forte et puissante.

 

élémi : odeur fraîche et épicée, légèrement citronnée, lourde. Cicatrisante, recentre les énergies, harmonise et équilibre.

 

encens Oliban : odeur balsamique, épicée, aux notes sucrées et chaudes. Plaies, ulcère, soin des peaux sèches, antidépressive.

 

épinette bleue : odeur  fine, légèrement boisée et épicée, aux notes sucrées. Parasitoses cutanées, acné, eczéma sec, positivante,  tonique général, neurotonique, recharge du plexus solaire.

 

épinette rouge  : odeur forte et épicée, légèrement florale.

 

eucalyptus citronné : odeur aromatique, fraîche, citronnée. Zona, prurit, irritations cutanées, démangeaisons, mycoses, éloigne les moustiques, calmante, sédative.

image002.jpg

eucalyptus mentholé bio : odeur  fraîche et épicée. Rétentions hydrolipidiques, cellulite, acné, ulcère, plaie atone, peaux grasses. (Interdite aux femmes enceintes, aux sujets épileptiques et aux enfants de moins de 6 ans)

image002.jpg

eucalyptus radié bio : odeur verte, fraîche, puissante, très agréable. Purifante (acné), rafraîchissante éloigne les moustiques, infection des voies respiratoires (en friction sur la poitrine), fatigue, confusion, difficultés de concentration.

 

fragonia : odeur fraîche, puissante, aux notes fleuries et fruitées . Impétigo, mycoses, boutons de fièvre, acné, déodorant, favorise la réconciliation avec soi, l’introspection, libère des énergies négatives, stabilise les émotions, manifeste l’énergie féminine, minimise le «  jet-lag  ».

frangipanier  : odeur florale et typique, amandée et légèrement vanillée, exotique et chaleureuse.

 

 à suivre !

 

Repost 0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 12:56

Quand on croit connaître un domaine, l'apiculture par exemple, la magie de l'instant s'évapore...
On ne voit plus la Vie en action, avec son mystère infini, mais une sorte de ballet d'étiquettes mentales, un peu gris, et très irritant quand ça ne se déroule pas comme on croit que ça devrait...

 

Un récent cadeau de la Vie fut l'acquisition d'un objectif macro... Pourquoi ? Parce que la plongée dans le "petit monde" des avettes que permet cet ustensile est l'occasion d'un émerveillement sans cesse renouvelé... La beauté des lumières, à cette échelle rarement visitée, calme le mental et sa compulsion à tout faire rentrer dans des cases, toutes plus illusoires les unes que les autres...

 

Alors... Heureux je suis de vous emmener dans cet univers sans cesse surprenant, grace à la magie de l'image !!

 

 

 

DSCF0394.jpg

 

 

 

DSCF0397.jpg

 

 

 

DSCF0507.JPG

 

 

 

DSCF0510.jpg

 

 

 

DSCF0512.jpg

 

 

 

DSCF0522.jpg

 

 

 

DSCF0565.jpg

 

 

 

DSCF1059.JPG

 

 

 

DSCF1104.jpg

 

 

 

DSCF1110

 

 

 

 

DSCF1115.jpg

 

 

 

(.../...)

Repost 0
Published by Ludo - dans images
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 21:43

La suite de la vidéo précédente sur la récolte..

 

 

 

 


 

 

Repost 0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 14:22

Et si nous changions de rythme ?

 

Peut-être verrions-nous les choses différemment...

 

Voilà l'idée saugrenue qui me traverse, visionnant ces images de l'entrée des ruches, montées en vidéo pour le plaisir de la découverte...

 

"Et ça chauffe, ce lendemain de pluie tropicale... Les ventileuses tentent la clim manuelle, tandis que les autres ouvrières vaquent à leurs occupations... Cette séquence accélérée 50 à 125 fois (une image toutes les 2 à 5 secondes) montre une autre vision de la  dynamique de la colonie..."

 

 

 


 
Repost 0
Published by Ludo - dans images
commenter cet article

Présentation

  • : les abeilles de Lifou
  • les abeilles de Lifou
  • : les aventures des avettes tropicalisées... Partages d'expériences happycoles, juste pour le plaisir !
  • Contact

Rechercher

Les 10 Derniers

  • Plan de la ruche
    En rouge, les nouveautés. Accès direct aux pdf : pollen - propolis - schéma de ruche Langstroth baumes - baumes personnalisés Votre avis m'intéresse : retour de feeling Commandez les cosmétiques des abeilles chez les fées de BioAttitude.nc ! • Journal...
  • Cadre à jambage
    Hello ! Cela faisait longtemps que ça me tarabustait, c'est parti depuis aout dernier pour tester le fameux cadre à jambage... Kézako ?? Un cadre sans cire gaufrée, juste une amorce de 2 cm en haut. Et un "jambage" ou "renfort", une baguette fine presque...
  • A pas peur
    "Les abeilles, ouhhhh ça pique !!" Réflexe de survie quand on ne les connait pas... Une abeille ne pique QUE par nécessité, elle y laisse son dard et sa vie. Cela veut dire aussi que si vous apprenez à les connaître, à les observer, et à agir sans les...
  • Mu
    Depuis mars, Bi ne Drehu a migré 30 km plus au Sud, dans la tribu de Mu au lieu-dit Kaladea... Grâce aux amis (Oriol, Maxou, Loïc, Diane et Lionel, Mel, Laurent, Ced, Xavier, Amélie et Claudio, et j'en oublie sûrement...) la maison se peaufine (avec une...
  • L'art de devenir abeille
    L' apiculture, c'est l'art de devenir abeille... Se mettre dans la peau de la colonie, voir ce qu'elle exprime pour faire l'acte juste qui lui apportera du mieux-être. Vous ouvrez trop souvent ? Le dérangement incessant demande une grande dépense énergétique...
  • Nougat
    Nous sommes faits pour faire ce que l'on kiffe, n'est-ce pas ? Il y a quelques années, j'avais pris GRAND plaisir à faire du nougat... Un peu extrémiste, je ne voulais pas d'autres sucres que le miel de mes zabeilles. Cuire le miel attire fort les fifilles,...
  • Drones²
    Amateur de réseaux sociaux, passionné de ces petits 'multirotors de loisirs' (ou 'drones', mais tout de suite ça sonne militaire), je furète parfois (voire souvent) les belles images vues d'en haut que nous ramènent ces caméras volantes sur Face de Bouc......
  • Le buzzz du Flow
    Vous avez sûrement vu passer la vidéo, ces derniers mois : la fameuse ruche "Flow Hive" est une révolution dans l'apiculture ! Le rêve du robinet à miel est devenu réalité, grâce à des années de recherche d'une famille australienne... Une belle image...
  • Revue de presse
    Quand les journaux parlent des abeilles de Lifou... "Les Nouvelles de l'économie", septembre 2014 la revue de la Chambre des Métiers : InfoMétiers avril-mai 2014
  • Comment taire
    Hello ! Il y a un nouveau type de SPAM assez vicieux : les faux commentaires, avec une vraie adresse de pub... Le commentaire est juste là pour hameçonner, souvent en anglais, avec un caressage dans le sens du poil dans le thème de l'article. Vous cliquez...