Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 22:53

Amateur de réseaux sociaux, passionné de ces petits 'multirotors de loisirs' (ou 'drones', mais tout de suite ça sonne militaire), je furète parfois (voire souvent) les belles images vues d'en haut que nous ramènent ces caméras volantes sur Face de Bouc...

Il y a quelques jours, je tombe sur le ku devant ces images là :

-source : Haute Eure Vision-
-source : Haute Eure Vision-

-source : Haute Eure Vision-

Quoi d'étonnant ?

J'ai observé qu'un quad attirait souvent les abeilles, qui viennent mettre de l'ordre dans leur espace aérien. Cela ne leur réussit pas toujours, car les hélices sont beaucoup plus dures que la cuticule de leur corps... Hum, il faut savoir s'éloigner quand les fifilles sont colère !

Là, ce qui est remarquable, c'est que ce ne sont PAS des fifilles, mais uniquement des mâles, les faux-bourdons !

Drones²
Drones²

Nettement plus massifs que les ouvrières, le thorax large, les ailes puissantes de bombardier, l'abdomen court, des yeux si gros qu'ils se touchent au-dessus de leur tête, ils sont taillés pour le vol, pour la reine des missions : féconder une reine en vol.
Oui oui, vous avez bien lu !!

Les mâles se regroupent en 'congrégations' de plusieurs centaines de congénères, issus de différentes colonies. Les jeunes reines fraîchement nées sont amenées par les exploratrices, accompagnées de vieilles butineuses expérimentées en une escorte royale, dans ces contrées qui sentent fort sous les bras.

source : http://api-cultura.com/wp-content/uploads/2014/06/img1457a.jpg

source : http://api-cultura.com/wp-content/uploads/2014/06/img1457a.jpg

Là, les copulations vont s'enchaîner, entre 6 et 10 mètres d'altitude ! 5, 10, une vingtaine de faux-bourdons vont se succéder (parfois sur plusieurs jours), transmettre leur semence à la future mère, s'arracher l'endophallus et tomber morts, leur mission menée à bien.

La reine retourne à la ruche escortée sous haute protection par sa cours, trouvant le chemin le plus court et leurrant les hirondelles goulues afin qu'elles n'engloutissent pas l'espoir de la colonie après tant d'effort. Quelques jours plus tard, la Mère se met à pondre, jusqu'à 2000 oeufs par jours, et ne sortira plus de sa vie -sauf si la colonie décide d'essaimer.

Drones²

Le GROS clin d’œil, c'est que ces couillus de faux-bourdons s'appellent dans la langue de la reine Elizabeth :

DRONES

Et que nos drones s'appellent ainsi du fait de leur vol bourdonnant, avec leurs quatre vaillantes hélices !

(comme les quatres ailes de faux-bourdons, d'ailleurs !!)

En continuant à farfouiner, je tombe sur cette vidéo de Pierre Brton :

Bien sûr, on peut croire à une attaque de butineuses, mais si l'on regarde les images d'un peu plus prêt, ça donne ça :

Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²

Uniquement des mâles !!!

Qui sont dépourvus de dard, inoffensifs pour nous...

Certains on même perdu leur sexe, on voit nettement un truc blanc qui dépasse de l'abdomen !!

Auraient-ils tenté de féconder le Bebop en vol ?

le "drone" de chez Parrot sentirait-il la phéromone royale ???

Le mystère reste entier !!!

la beezzzzzzzzzzzzzzzzzz

Repost 0
Published by Ludo
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 22:31

Vous avez sûrement vu passer la vidéo, ces derniers mois : la fameuse ruche "Flow Hive" est une révolution dans l'apiculture !

Le rêve du robinet à miel est devenu réalité, grâce à des années de recherche d'une famille australienne...

Une belle image est plus percutante qu'un long discours, alors même si vous ne captez que couic à la "langue de J'expire", voyez plutôt :

ils sont charismatiques, en plus, ces inventeurs, non ?

La prouesse est belle, l'invention est ingénieuse, et pourtant...

ça ne m'emballe pas...

Pourquoi ce ressenti ??

Plongeons dans le monde des abeilles, quelle belle occasion pour se mettre à leur place, et de les comprendre mieux...

  • le tout plastique.
    Perso, j'ai du mal à supporter les fringues synthétiques, les abeilles sont encore plus sensibles à la qualité de leur habitat. Du bois et de la cire dans la ruche, que diable !!
  • le tout bâti.
    A un stade de leur croissance, les jeunes ouvrières produisent de la cire en transformant un gros apport de nectar en un matériau de construction extraordinaire. Dans la nature, elle
    s allongent les rayons ou font un nouveau rayon à côté des autres ; dans une boîte carrée, cette maison qu'on leur offre, on introduit des cadres avec une amorce de cire gauffrée, qu'elle s'empresse de tisser.
    Que se passe-t'il si tout est déjà bâti ?
    Les ab
    eilles engorgées de cire vont "faire la barbe", rester en grappe sous la planche d'envol pour ne pas encombrer la ruche, le malaise va participer à accélérer le déclenchement d'un essaimage : une partie de la colonie démarre avec une partie des réserves pour fonder famille ailleurs et libérer de l'espace.
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

  • communication ?
    Une découverte récente montre que le réseau d'alvéoles est une sorte d'intranet, réseau de communication rapide, laissant transiter les messages des bonnes nouvelles des fleurs dans la colonie.
    La danse en 8, prodig
    uée par les exploratrices de retour du butinage, indique aux autres butineuses dans quelle direction et à quelle distance se trouve le pactole. Or, cette danse se déroule dans le noir : comme l'info est-elle transmise ?
    Le petit bourrelet de cire à l'extrémité de l'alvéole forme un réseau qui transmet les vibrations des danseuses selon des directions privilégiées. L"info est captée grace aux trois paires de pattes, sensibles aux vibrations, même à distance. Comment ce systè
    me ultra-fin fonctionne-t'il avec le plastique ?
Le buzzz du Flow

Bon, les abeilles sont douées de capacités d'adaptations extraordinaires, alors elles trouveront les moyens de contourner ces limites-là !!

 

Mais honnêtement, ce qui me chiffonne plus est de l'ordre de tout ce qu'implique le message : "il y a juste à tourner un robinet"...

C'est donc clairement une ruche faite pour l'apiculteur, pas pour les abeilles.

Et puisqu'il suffit de tourner un robinet, il n'y a plus besoin de connaître les abeilles : tout le monde installe une ruche dans son jardin : la solution pour contrer leur disparition !!

 

Et bien NON, ça pourrait même y contribuer ?!!

Que se passe-t'il si l'on n'intervient pas du tout sur une ruche, à part retirer du miel de temps en temps ?

Au début, tout va bien, ça cartonne, le miel coule à flot...

Parfois, un essaimage a lieu, même si du miel est régulièrement retiré pour faire de la place, car les cirières s'engorgent comme nous l'avons vu, et la surface de ponte de la reine se réduit par les flots massifs de nectar pendant les miellées ; les abeilles trouvent la solution parfaite : la reine par avec les butineuses chargées de miel. Il y a de nouveau de la place dans le nid à couvain, le cycle reprends avec une nouvelle reine.
Pour le récolteur,ça continue comme av
ant, après une journée bizarre et ce nuage d'abeilles bruyant, et des réserves qui ont baissé d'un coup. Mais ça continue...
 

Au bout de 3 ans, la colonie va progressivement s'affaiblir, et ça s'empire d'année en année. Un jour, elles désertent (TOUTES les abeilles partent, abandonnant le couvain), ou alors la colonie est morte pendant une période au climat plus délicat, mais il se peut que le récolteur ne s'en rende pas compte tout de suite car le ballet d'abeilles continue : les pilleuses des ruches voisines viennent récupérer les vestiges comestibles de feu la colonie.

 

 

vous avez vu, à droite ??

vous avez vu, à droite ??

Que se passe-t'il ?

Dans le nid à couvain, la cire devient de plus en plus noire, à chaque génération de nymphes qui laissent un cocon de soie, des déchêts, et une couche de propolis pour désinfecter tout ça. Les alvéoles aux parois épaissies produisent des abeilles de plus en plus petites. Au bout d'un moment, ça pue vraiment trop, la reine délaisse les rayons trop noirs, la fausse teigne vorace s'empresse de venir faire ses cocons, se nourrissant de tout ce merdier, la colonie devient plus fragile, plus sensible aux maladies, bref, ça craint du boudin...

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

Dans la nature, sous une falaise ou dans le creux d'un arbre par exemple, un équilibre parfait est atteint où les fausses teignes débarrassent la colonie des rayons trop noirs, laissant la place pour de nouvelles constructions de cire bien blanche.

Dans une caisse aux rayons imposés, bien droits pour les déplacer sans tout casser, dans une ruche donc, c'est à l'apiculteur de renouveler les vieux rayons (1/3 chaque année !) pour permettre à la colonie de garder son dynamisme si fabuleux.

La ruche a besoin de visites peu nombreuses mais nécessaires, qui demandent le coup d'oeil pour comprendre où en est la colonie et adapter les actions par rapport à la situation réelle....
Pas étonnant que l'apiculture est décrite comme l'art d'élever les abeilles !!

Le buzzz du Flow

Et le récolteur, s'il ne se soucie que de tirer les trop-plein de réserves (en espérant qu'il attende que le miel soit mûr, sinon il fermente, et qu'il ne soit pas tenté de prendre trop, sinon il affame !), finira par se trouver avec une colonie souffreteuse, réservoir de maladies pour les ruches du quartier, ce qui n'est un cadeau pour personne !!

 

 

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

La vidéo montre que le système évite les récoltes si éprouvantes pour les abeilles comme pour les apiculteurs. Mais ce n'est bien sûr pas la seule alternative à l'apiculture intensive, brutale et peu soucieuse des "fifilles" : les kényanes, les Warré optimisent la douceur, et même les ruches "intensives" (Dadant et Langstroth) peuvent être conduite de manière très douces. Les combis intégrales, les dizaines de piqûres, les centaines d'abeilles écrasées, les lombaires flinguées, ça arrive quand on est pressé. Les abeilles nous invitent à prendre le temps, à profiter du moment passé ensemble.

Par exemple...

La Flow Hive, promesse d'un robinet magique, c'est un peu comme de proposer des enfants qui rient sur demande, en omettant de préciser qu'il faut quand même changer les couches, parfois...

Histoire de faire un peu de mauvais esprit !!

 

 

BIEN SÛR, je ne connais pas ce système, et à part ses concepteurs, personne n'a de recul...
Alors, affaire à suiv
re, et à explorer si le coeur vous en dit !

 


 

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 21:40

Quand les journaux parlent des abeilles de Lifou...

"Les Nouvelles de l'économie", septembre 2014

la revue de la Chambre des Métiers : InfoMétiers avril-mai 2014

Revue de presse
Repost 0
Published by Ludo - dans Bi Ne Drehu
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 07:29

Hello !

Il y a un nouveau type de SPAM assez vicieux : les faux commentaires, avec une vraie adresse de pub...

Le commentaire est juste là pour hameçonner, souvent en anglais, avec un caressage dans le sens du poil dans le thème de l'article. Vous cliquez sur le nom et PAF vous arrivez sur une page Microsoft ou autres bienfaiteurs généreux de l'humanité, qui pensent à vous, et surtout à vos sous...

Voilà pourquoi les commentaires sont maintenant filtrés ("modérés"), avant qu'ils n'apparaissent...

Désolé pour le désagrément, et merci de votre compréhension !!

Ludo

Repost 0
Published by Ludo - dans Bi Ne Drehu
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 05:39

Hello la famille !

Voilà plus d'un an qu'un ingrédient local est venu bonifier mes préparations cosmétiques apicoles : l'huile de coco vierge, obtenue par fermentation, extraite à froid...

A l'origine, l'idée était de trouver une alternative à l'import d'huile végétale bio : la carthame est extra, mais voilà : produite en Amérique du Sud, passant par Paris puis Nouméa, son bilan carbone est assez désastreux... Cette vidéo assez pas triste des Philippines m'avait tapé dans l'oeil !

Et quel kif d'être à l'origine du maximum d'ingrédients produits de ses propres mains !! (si elles sont lavées avec du savon maison :-p )

le passage de Loïc à la maison, proposant ses services de wwoofeur motivé, a permis de passer de l'idée théorique à la réalisation pratique.

Construction d'une râpe électrique, essais de pressoir, améliorations progressives de la filtration : aujourd'hui la technique est bien rôdée, et Loïc construit des râpes, produit de l'huile et transmet son expérience avec un enthousiasme contagieux...

Voici en détail comment faire soi-même son huile de coco vierge, montré par Audrey (coucou !) et Loïc (coucou aussi !!)...

d'abord, il faut ramasser pas mal de cocos secs, pas encore germées, qui font encore glouglou... 25 cocos environs produisent UN litre d'huile (contre 15 pour l'huile de coprah).

Les cocos sont débourrés à la barre à mine bien fixée, ou à l'aide d'une pioche plantée dans le sol.

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco vierge

Les noix sont cassées avec quelques coups bien placés de sabre : l'eau de coco délicieusement rafraîchissante est filtrée et vite engloutie !

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco viergeFaire de l'huile de coco vierge

La chair blanche est râpée, avec le "madu" traditionnel à Lifou, ou plutôt la râpe électrique (basée sur un moteur de machine à laver) quand il y a une brouette de coco à faire...

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco vierge

De l'eau chaude est ajoutée à la pulpe. sans cette eau, ce n'est pas de l'huile mais de la crème qui remonte à la surface !

Le mélange est ensuite pressé, au torchon (le plus efficace) ou au pressoir (le plus rapide).

Il faut faire 2 passages au torchon, en rajoutant de l'eau sur la pulpe déjà pressée, ou 3 passages au pressoir, pour retirer le maximum de lait.

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco viergeFaire de l'huile de coco vierge

Le lait est ensuite mis à fermenter 24h à 30-35°C : le seau est stocké en glacière, entouré de bouteilles chaudes.

Faire de l'huile de coco vierge

A l'ouverture, on voit... une couche brunâtre peu appétissante !! C'est un "floculât" de protéines de coco, qui remonte à la surface, surmontant une couche d'huile. Le "petit lait" se trouve dessous !

Faire de l'huile de coco viergeFaire de l'huile de coco vierge

La couche de protéines est enlevée à l’écumoire. steph et Ju (du Col de la Pirogue) transforment cela en tofu !! Ici, je cuis ce truc à la casserole pour récupérer pas mal d'huile encore, destinée aux savons...

Faire de l'huile de coco vierge

vient la phase la plus délicate : prélever l'huile à la louche, en prenant grand soin de ne point choper de lait !!

Faire de l'huile de coco vierge

L'huile, plus ou moins trouble, est filtrée à travers du coton assez dense. Si le temps est frais, l'opération se fait dans la glacière, car l'huile fige en dessous de 25°C !

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco vierge

L'huile est légèrement chauffée, une heure au bain-marie, sans dépasser les 60°C. Cela permet d'évaporer les dernières traces d'humidité qui ne manqueraient pas de faire tourner notre merveille à l'odeur si subtile, en un liquide douteux qui sent le roquefort de bas étage...

Faire de l'huile de coco vierge

Et voilo !! Mise en pot, une étiquette, et bonne dégustation, sur la peau ou sur la langue !!!

Faire de l'huile de coco vierge

Les deux stars ont eu un grand succès lors du "Marché des Producteurs" chez Sammy, un événement très couru, qui a pour objectif de mettre en avant les savoirs-faire locaux. Voyez plutôt, ce succès grandement mérité !!

Faire de l'huile de coco vierge
Faire de l'huile de coco viergeFaire de l'huile de coco vierge

Une prochaine fois, Loïc vous expliquera pourquoi cette huile est si différente de l'huile de coprah, nettement moins chère certes, mais aux vertus incomparables... D'ici là, je vous embrasse, à bientôt !!

le time-lapse huilesque

Repost 0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 03:20

Voici quelques semaines, Laurent (mon ancien co-locataire de "la maison bleue accrochée à la colline") appelle : une de ses ruches a essaimé !

Voici en time-lapse la récupération de cet essaim...

Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles

Laurent m'a envoyé ces photos dans un mail baptisé "du feu et des abeilles"...

Comment pouvait-il savoir qu'au même moment... d'autres abeilles étaient menacées d'un feu beaucoup moins contrôlé ??

Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles
Du feu et des abeilles

Le débroussage au briquet du chemin, un jour de vent, a dégénéré...

Le feu s'est arrêté MIRACULEUSEMENT à 20 cm des ruches, c'est à n'y rien comprendre !!

Il y a dû avoir une grillade de butineuses, mais globalement, tout le monde va bien, quelle chance !!!

Le verger de mes hôtes, Cono et Lyzie, a eu moins de chance, par contre...

Voilà, merci Laurent pour l'essaim, pour les photos et... pour le titre prémonitoire du mail !!!

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 04:33

Cela fait bien 8 mois maintenant que je m'amuse boucoup à faire du savon maison, par la technique de la "saponification à froid", qui a l'avantage de produire des petites merveilles de douceur même s'il faut savoir attendre un mois de séchage avant de pouvoir tester...

Alternative Nature en parle très très bien dans cet article, et explique avec brio la différence entre les savons "indus" et ceux faits à la main... Vous ne regarderez plus votre savonnette de la même manière !!

Un mode d'emploi excellent, très complet, bien documenté (et qui comprends le "calculateur à savons", indispensable pour doser les ingrédients de manière précise !), c'est celui de la page dédié d'Aroma-Zone... C'est ma base de travail...

Alors voilà une sapo en entier, grâce à la magie du "time-lapse" (ici une photo par seconde) qui raccourcit 2 h 20 d'expérience en 6 bonnes minutes plus digestes...

Je voulais faire un savon à la pulpe d'avocat, enrichi ("surgraissé") à l'huile de sésame bio, avec BIEN SÛR du miel, et de la cire d'abeille riche en propolis (celle des rayons du couvain).

Le fait de mettre de la cire complique l'opération, puisqu'il faut la fondre (vers 63-65°C), la mélanger à l'huile réchauffée d'au moins autant, et laisser tout refroidir pour que le mélange huiles et soude se fasse à moins de 50°C... Bon, en pratique, ça se fait bien quand même !!

Premiers jeux de couleur, aussi, grâce à l'argile verte, merveille pour les peaux mixes et grasses : en colorant une partie du mélange, le côté artistique bien caché en vous peut sortir à l'orée du bois !!

Sur ce, bon visionnage et taleur !!

Pour en savoir plus sur ce savon-là, et s'en offrir une tranche, c'est chez les fées de BioAttitude...

Des bulles et des beez !!

Repost 0
Published by Ludo - dans Bi Ne Drehu
commenter cet article
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 21:03

...ou l'histoire pleine de rebondissements de la mise au point d'un gommage pour le visage...

Gommasque

C'est simple, quelqu'un me demande un jour si c'est possible de faire un gommage avec les produits de la ruche.

(et du jardin...)

J'adore relever les défis de ce type, alors un rapide tour sur Inter-Nénette me canalise vers les vertus du miel et de la coco râpée comme gommage instantané...

Bon, vous allez vite comprendre pourquoi j'en suis aujourd'hui à la onzième version de ce mix magique :

1- ça ne se passe jamais comme on l'imagine, Dieu merci !! ;

2- non à l'expé animale, oui à l'expé amicale : en testant, les amies donnent des idées parfaitement adaptée, qui font rebondir là où c'est pas prévu, en mieux...

Le souci de la coco râpée, c'est que ça se conserve mal, même séchée, même avec des anti-oxydants (genre vitamine E ou extrait CO2 de romarin), même avec une prière à Sainte-Coco...

MERCI à Pascale pour son nez délicat, rebutée par la moindre odeur de fromage s'il s'agit d'en épandre son épiderme visagesque... Après 5 ou 6 essais tout aussi infructueux les uns que les autres, exit la coco râpée...

Un cadeau de la coco, malgré elle : l'idée de proposer le gommage en poudre, à préparer avec de l'eau dans le creux de sa main : ainsi ça va se conserver bien mieux qu'en version humide, si propice aux pollutions bactériennes (à moins de blinder en part-à-bennes, ce qui n'est pas la tasse de thé de la maison).

Par contre, l'huile de coco vierge, faite à la main avec amour par les champions du genre (j'ai nommé : Loïc et Audrey !!) ou votre serviteur, OUI, adjugé !! Et pour le côté poudre, merci à Guy, le sculpteur talentueux de nacres et de santal, papa d'adoption à Peng, pour offrir comme par hasard de la sciure santalesque si odorante...

Gommasque

Qui dit gommage, dit petits grains fins et abrasifs !! Comme le sable corallien, ou la pierre ponce réduite en poudre... Cela tombe bien, ce n'est pas ce qui manque par ici !!

Bien sûr, la pierre ponce c'est dur, mon robot de cuisine me l'a reproché dès le premier essai de broyage. Et voilà-t'y pas que je croise la route de cette merveille d'extracteur de jus en inox, conseillé avec grande sagesse par Jérôme-du-bateau-Lumière, de retour de chez les hippies de la côte Est de l'Australie. Hé bé... c'est PARFAIT pour concasser la pierre ponce, ce truc !! Une finition au moulin à café, un tamisage à la passoire fine, et le résultat est adjugé sur le champs...

Gommasque

Camille fait l'essai : OUI, ça gomme, et OUI, c'est doux à la fin, avec le miel et l'huile de coco... Par contre, bonjour l'état de la douche : il y en a partout !! Cela manque de liant...

Un essai avec une base de baume (huile et cire) ? Ultra-gras, il faut deux savons pour rincer...

L'idée saugrenue traverse ma boîte à neurones : l'argile, ça fait une pâte avec l'eau, et ça se rince bien, et en plus c'est plutôt très bon pour la peau !! HOP, essayé, et adopté dans la foulée...

Ahhh !! J'ai oublié une étape, côté poudres : la sciure de santal, c'est quand même une denrée assez rare, et ça manque un peu de consistance pour le "peeling", le côté gommant...

Au même moment, alors que je cherchais sur Inter-Nénette comment qu'on fait l'huile d'avocat maison (sans se faire juger :-p ), je tombe sur un forum où une habituée des tambouilles parle du noyau d'avocat réduit en poudre comme une bonne base de gommage. HOP !! Retour à l'extracteur de jus en inox de Byron Bay, hyper-pratique pour prédigérer la transformation de ce gros noyau... Séchage au soleil, passage au four, mixage fin-fin-fin, tamisage, et... adoptage !!

Gommasque

Les fées du marché de Moselle, de passage à Lifou (j'ai nommé : Val-des-bijoux-fabuleux et Irène-la-spé-des cosmés-du-monde) testent à l'occasion la tambouille version 8 ou 9, et trouvent que ça fait masque en plus du gommage...

Mon amour immodéré pour les jeux de mots d'un goût douteux saute sur l'occasion : le "gommasque" est né !

Ju, la fée de BioAttitude.nc qui garde le show-room avec fraîcheur et spontanéité teste à son tour : super-top ! Mais quand même un peu trop abrasif pour le visage...

Il faut dire qu'à chaque étape, outre les amies, il y a un testeur motivé : bibi ! Et je dois avouer que mon faciès mal rasé n'est pas aussi doux ni sensible que le minois de ces dames : elles ont le dernier mot en terme de désidératas cosmétiques ! Alors, voilà deux déclinaisons de gommasques :une pour le corps avec pierre ponce et sable de Luengöni (siouplait !) et une autre sans, et à la place la poudre de noyau d'avocat super-fine. Et un autre choix d'huiles essentielles, aussi...

Un grand merci à Jocelyne au passage, qui essaye et kiffe la version 10.3.2 du gommasque, en redemande et téléphonarabise ses amies d'une manière si convaincante... Si j'avais encore des doutes sur la qualité de cette œuvre collective, ils sont pulvérisés...

Dernier rebondissement (mais quel suspens !!), le regard de Carine, jeune esthéticienne passionnée qui m'honore de ses conseils zavisés pour adapter mes produits à ses besoins. En plus, essayer sur les autres, ça donne du recul !! Alors le verdict encourageant : c'est efficace et très doux, maintenant il manque encore de la tenue pour éviter que ça coule dans les cheveux.

Le hasard n'existant pas, à ce moment je tente la mise au point d'un baume démêlant avec Céline, la coiffeuse bio du Faubourg (encore une riche et prolixe connexion !!) et expérimente la gomme de guar (une légumineuse), pour gélifier les phases aqueuses.

Hé bé... ça marche !!! En plus, la sensation de fraîcheur me laisse sur le cul.... (même si c'est sur le visage que je l'ai appliqué !! :-p )

Voilà, vous l'aurez compris, quel plaisir de participer à cette conception en réseau d'un produit nouveau, pas pressé d'être figé dans une recette définitive !!!

Gommasque
Repost 0
Published by Ludo
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 20:57

Hello !

ça faisait longtemps, 'ce pas !

Les abeilles sont au "calme", après 2 mois et demi sans trop de fleurs sur Lifou, ça s'alourdit de nouveau... Hmmmm, une première récolte aux parfums légers !!

Mais ce qui fait pétiller les pupilles, ces temps-ci, c'est aussi l'exploration du monde de l'apicosmétique. La gamme s'étend toute seule, le petit "labo" (qui est aussi miellerie !) colonise la 3D pour accueillir de nouveaux ingrédients, les savons sèchent au-dessus du congélateur, et une petite presse à graines explore le monde des huiles locales...

Happy cosmétiques

C'est comme la photo argentique : ça mériterait d'être développé !!

Bisous, à bientôt !

Repost 0
Published by Ludo
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 05:08

(fiouuuuuuuuu, ces jeux de mots débiles, franchement !!)

Je ne pensais pas que l'on pouvait rapprocher pollen et rats : ils m'ont montré que OUI !

A l'occasion d'une tournée des trappes à pollen, je ne tarde pas de m'extasier sur la foultitude de découvertes que cette activité permet...

Par exemple, les couches bien distinctes de pelotes de différentes couleurs montrent bien que les fleurs s'ouvrent à leur moment à elles, et que les abeilles suivent le flot de ces offrandes, étalées dans le temps...

pôle N R A

Surprise, ce soir là, de trouver nombres de trappes perçées par les dents de voleurs gourmands !!

pôle N R A

Le forfait est signé, le lendemain toutes les trappes accessibles des supports sont piratées : un ou plusieurs rats ont pris une mauvaise habitude...

Je contacte Olivier, le naturaliste à la gâchette sensible, protecteur de la biodiversité locale, pour trouver une solution en forme de tapettes à rat supersoniques.

En parallèle, je rapatrie les trappes à grillage métallique pour remplacer celles qui sont accessibles aux rongeurs si intelligents.

pôle N R A

et là, double PAF !!

pôle N R A

Un couple de rats noirs, attirés par les cocos, ont pris leur dernier repas, sans la dernière clope ni le petit verre d'adieu... Efficace, ces tapettes !

Le calme revient au rucher, finit les chutes de pollen par terre...

Suite des "aventures" au prochain numéro !

Repost 0
Published by Ludo - dans journal
commenter cet article

Présentation

  • : les abeilles de Lifou
  • les abeilles de Lifou
  • : les aventures des avettes tropicalisées... Partages d'expériences happycoles, juste pour le plaisir !
  • Contact

Rechercher

Les 10 Derniers

  • Plan de la ruche
    En rouge, les nouveautés. Accès direct aux pdf : pollen - propolis - schéma de ruche Langstroth baumes - baumes personnalisés Votre avis m'intéresse : retour de feeling Commandez les cosmétiques des abeilles chez les fées de BioAttitude.nc ! • Journal...
  • Endo-kényane
    Pour le fun, j'ai commandé un mini-endoscope pour Android à 15 boules... Ce n'est pas pour visiter mes trous d'nez ! Mais pour aller voir les zélées !! Bon, il ne faut pas s'attendre à des miracles côté qualité des photos, maintenant ça devient rigolo...
  • La forme à Sion
    Hello ! Je propose 3 modules de formations pratiques : A - Conduite en synergie avec l'abeille constat de l'échec d'une apiculture intensive basée sur nos besoins/envies observation de l'entité colonie, apparentée à un mammifère répondre aux besoins de...
  • 7 ans
    Ce blog a 7 ans aujourd'hui : Joie mes amis, joie !! Sous sa forme actuelle : il se peut fort que ses jours soient comptés : car il faut dire que ça bouge dans le quartier, si je jette un oeil (étonné) à l'année qui vient de s'écouler : on a eu droit...
  • Le cadre-témoin - le livre
    Hello ! Le petit livret de Roger Vanhée est introuvable sur le net. Sur la demande de 2 personnes, j'ai scanné le mien et le mets à dispo en PDF ici. Lien vers le PDF BIEN SÛR, s'il est réédité ou si vous le trouvez en vente sur le net (merci de bien...
  • Cadre à jambage
    Hello ! Cela faisait longtemps que ça me tarabustait, c'est parti depuis aout dernier pour tester le fameux cadre à jambage... Kézako ?? Un cadre sans cire gaufrée, juste une amorce de 2 cm en haut. Et un "jambage" ou "renfort", une baguette fine presque...
  • A pas peur
    "Les abeilles, ouhhhh ça pique !!" Réflexe de survie quand on ne les connait pas... Une abeille ne pique QUE par nécessité, elle y laisse son dard et sa vie. Cela veut dire aussi que si vous apprenez à les connaître, à les observer, et à agir sans les...
  • Mu
    Depuis mars, Bi ne Drehu a migré 30 km plus au Sud, dans la tribu de Mu au lieu-dit Kaladea... Grâce aux amis (Oriol, Maxou, Loïc, Diane et Lionel, Mel, Laurent, Ced, Xavier, Amélie et Claudio, et j'en oublie sûrement...) la maison se peaufine (avec une...
  • L'art de devenir abeille
    L' apiculture, c'est l'art de devenir abeille... Se mettre dans la peau de la colonie, voir ce qu'elle exprime pour faire l'acte juste qui lui apportera du mieux-être. Vous ouvrez trop souvent ? Le dérangement incessant demande une grande dépense énergétique...
  • Nougat
    Nous sommes faits pour faire ce que l'on kiffe, n'est-ce pas ? Il y a quelques années, j'avais pris GRAND plaisir à faire du nougat... Un peu extrémiste, je ne voulais pas d'autres sucres que le miel de mes zabeilles. Cuire le miel attire fort les fifilles,...