Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 20:43

Ce blog a 7 ans aujourd'hui : Joie mes amis, joie !!

Sous sa forme actuelle : il se peut fort que ses jours soient comptés : car il faut dire que ça bouge dans le quartier, si je jette un oeil (étonné) à l'année qui vient de s'écouler :

  • on a eu droit a une sécheresse à Lifou, qui combinée aux suites du déménagement, a divisé par 2 la récolte annuelle ,
  • en mars dernier, je suis prévenu d'une expulsion de la maison, ce qui me démotive totalement pour continuer l'aventure sur Lifou,
  • au même moments, 2 gros clins d'oeil des abeilles des Marquises, ce qui redonne le sourire et pousse a aller voir en mai comment ça sent bon,
  • pendant ce voyage, un cyclone tardif emporte le toît de Kaladéa, histoire d'être bien sûr de bouger,
  • l'accueil fabuleux de Marie-Rosalie et Laurent se transforme en invitation franche et massive,
  • en juin, toutes les ruches pleines (sauf une kényane) sont vendues, recasées dans de bonnes mains,
  • depuis, je prends soin de moi, donne des formations pour transmettre le fruit de cette exploration apicoriginale, en préparant le déménagement.

Vous comprendrez aisément que le titre de ce blog va sonner étrange, une fois posé dans la vallée de la Taipivai, à Nuku Hiva !!

Alors un nouveau support est en route, où fleurira la suite de l'aventure...

Au plaisir du partage !

Ludo, votre dévoué

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 08:27

Hello !

Le petit livret de Roger Vanhée est introuvable sur le net.

Sur la demande de 2 personnes, j'ai scanné le mien et le mets à dispo en PDF ici.

 

Le cadre-témoin - le livre

BIEN SÛR, s'il est réédité ou si vous le trouvez en vente sur le net (merci de bien vouloir m'en envoyer le lien !), c'est un lien officiel (et respectueux du travail) qui remplacera ce photocopillage...

Bonne lecture et travaillez-bien !

Partager cet article
Repost0
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 08:50

Hello !

Cela faisait longtemps que ça me tarabustait, c'est parti depuis aout dernier pour tester le fameux cadre à jambage...

Kézako ??

Un cadre sans cire gaufrée, juste une amorce de 2 cm en haut. Et un "jambage" ou "renfort", une baguette fine presque à la diagonale, qui renforce le cadre et fait une deuxième point de départ de rayon.

Malgré la saison sahélienne sur Lifou cette année, la surprise a été de voir que ça tisse vite, plus vite qu'avec les cadres classiques à cire gaufrée tenue par un fil inox tendu : en voici un au début du tissage :

Cadre à jambage

La raison en serait qu'il est plus naturel pour les cirières de tisser les deux côté du rayon à la fois, de haut en bas, plutôt qu'une face ou l'autre d'une cire gaufrée.
Conséquence directe : ça remplit (de nectar ou d'oeufs) aussi vite que c'est tissé, quand les floraisons le permettent bien sûr !

En voici quelques autres, plus avancés !

Notez que tant que le rayon du haut n'est pas fixé sur le jambage, la construction est fragile et supporte peu le roulis (alors qu'au tangage ça tient bon).

Notez aussi l'élégance rare de notre Vince préféré ! ( :p )

Et aussi la beauté de ces chaînes cirières, ces concentrations d'avettes aux glandes engorgées, réunies pour bâtir l'échafaudage !

Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage

"Et à l'extraction, ça tient ??"

Après tout, si on s'embête tant à tendre des fils inox, c'est pô pour rien ma brâve dâme !!

Faudrait pô qu'on se soit fait ch..r à s'emm....r à tisser nos montagnes de cadres si c'est plus simple de faire autrement, SURTOUT si on l'apprends après !!

Alors ça tombe bien, la dernière récolte à permis de tester la solidité du "CJ" au passage à l'extracteur (tangentiel il est vrai), et en même temps la capacité à dire des c.....ies des zouaves du moment (Alice et Lucas) :

Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage
Cadre à jambage

Bilan : c'est un SANS FAUTE dans les 2 cas !!

C'est cool, hein !!

..."Et dans le couvain, ça se passe comment ? ça fait pas usine à mâles ? " sussureront perfidement les détracteurs de la technique.

Hé bien OUI, c'est vrai, et c'est une bonne nouvelle !!

"Comment ça ?? Tout ces efforts pour nourrir une bande de bouches inutiles qui vont nous bouffer le bénéfice sous le pied de la main morte du dos de la cuillère à miel ???"

Voyez comment 2 siècles de cadres mobiles ont fini par nous laver le cerveau...

Depuis quand on a choper la confiance, au point de savoir mieux que les avettes ce qui est bon pour elles ??

Depuis Mr Charles Dadant, justement, l'inventeur de la ruche moderne, qui était aussi... vendeur de cire gaufrée !! Hummm

Ainsi, depuis, on impose aux abeilles une trame d'alvéoles plus petites, pour faire plus d'abeilles au mètre carré. Abeilles plus petites aussi, puisque l'alvéole sert de "moule utérin". Comme ça il y a très peu de mâles, dont la construction est reléguée dans les quelques recoins où c'est possible de faire à sa guise.
 

Les mâles ne servent pas qu'à féconder une jeune reine, occasion pas si fréquente : la nature n'aurait pas gardé ce pourcentage bien plus important de faux-bourdons dans les colonies "naturelles" si c'était leur seule fonction. La nature est économe, si c'est utile de le rappeler !

Quand on regarde ce qui se passe vraiment, on observe que les mâles COUVENT les oeufs et larves, libérant ainsi autant d'ouvrières pour d'autres tâches tout aussi utiles ! Ce n'est pas pour rien que la progéniture pas encore zélée est appelée couvain !!

Autrement dit, imposer des cellules trop petites est contre-productif. Non seulement le déséquilibre est préjudiciable à l'efficacité de la colonie, qui a ainsi moins de miel disponible pour le "papa qui croit qu'il sait mieux", mais en plus les quelques mâles élevés à la sauvette le sont souvent loin du coeur du réacteur, à une température trop basse,ce qui en fait des individus de piètre qualité, qui seront moins féconds pour leur lune de miel...

Cadre à jambage
Cadre à jambageCadre à jambage

(rien à voir avec la fécondité de notre JiPé, bien sûr !!)

Alors, vous pensez bien que quand les fifilles ont l'occasion d'élever des couillus dans de bonnes conditions, elles ne s'en privent pas !!

Ce qui ne veut pas dire que TOUS les cadres à jambages dans le corps seront tissés en cellule de mâles : juste de quoi équilibrer la colonie ! J'ai vu un CJ tissé en couvain d'ouvrières, très compact, c'était fin zouli à voir, même sans Nikon pour vous le montrer...

Il semblerait aussi qu'un cadre n'est pas tissé à vie (ni patissier d'ailleurs) : le remodelage selon les besoins serait pratique courante. A vérifier à l'usage !

D'ailleurs, les ruches kényanes (où tous les rayons sont tissés naturellement, à part les 2 cm d'amorce) montrent que la colonie trouve parfaitement son équilibre. Comme les essaims sauvages, d'ailleurs...

On crois connaître mais on ne sait rien, j'vous dis !!

Les avettes savent ce qui est bon pour elles : ayons la sagesse de leur faire confiance...

Deux articles éclairant :

- le pas-à-pas de Gilles Fert sur Apiservices

- le créateur du concept, Bernard Nicollet

Et une discussion qui ne demande que le fruit de votre propre exploration :

- sur le faux-rhum d'Apiservices

Du côté des pros ?

- c'est possible !!

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 00:45

"Les abeilles, ouhhhh ça pique !!"

Réflexe de survie quand on ne les connait pas...

Une abeille ne pique QUE par nécessité, elle y laisse son dard et sa vie. Cela veut dire aussi que si vous apprenez à les connaître, à les observer, et à agir sans les brusquer, il n'y a aucune raison qu'elle tente l'expérience sans retour.

Quand la peur n'est plus écoutée, nous sommes vite fascinés par la douceur du contact de la butineuse qui se pose sur vous pour faire sa toilette.

Cette fifille a confondu l'ampoule avec le soleil : après avoir tourné autour en vain, elle ne refuse pas la goutte de miel sur le doigt des potes, l'occasion de prolonger le contact !

Lulu, Armel, et Joséphine 522
Lulu, Armel, et Joséphine 522
Lulu, Armel, et Joséphine 522
Lulu, Armel, et Joséphine 522

Lulu, Armel, et Joséphine 522

Quelles sont les principales raisons qui rendent les avettes bougonnes, vous prévenant de leur vol agité et sortant le dard si vous ne les écoutez pas ?

  • les gestes brusques : on apprends à ralentir,
  • les cris et bruits forts : le calme est privilégié,
  • les odeurs fortes : pas de parfum au rucher, ni de montre (dont le bracelet diffuse l'odeur de sueur accumulée dessous),
  • avoir trop peur : les antennes repèrent vite l'odeur d'adrénaline : on s'écarte ou se recentre si c'est possible,
  • trop de vent, de nuages gris, un temps orageux, la pluie : ça va refroidir la marmaille,
  • l'odeur des abeilles écrasées lors de la visite : cela dégage une phéromone d'alerte (comme l'odeur du venin, qui sent la banane verte),
  • un inconfort, lié à l'absence de la reine, l'installation de fourmis, des influences telluriques ou autre source de stress,
  • une visite qui s'éternise, perturbe le micro-climat et refroidit le couvain,
  • ...et sûrement d'autres points que je ne connais pas...

Tout ça, c'est à la ruche, où l'on ne rigole pas avec le bien-être des mômes, vous l'aurez compris. La butineuse croisée sur les fleurs ou sous les fuites d'eau a encore moins de raisons de vous darder, sauf si vous marcher dessus !!

A pas peur

Alors, connaissant mieux les besoins des abeilles, ça devient évident de les visiter lorsque les bonnes conditions sont là : il reste vos gestes à apprivoiser en douceur pour garder vos avettes ultra-douces.

Pour débuter, un voile est une bonne idée ( ou une vareuse) même si les abeilles sont très cool : ça rassure et laisse plus de temps pour calmer l'énervée qui rebondit sur le filet d'un chtio coup d'fumée. Les gants sont bannis au rucher ici : on sent bien mieux les mains nues et on fait plus attention : beaucoup moins d'abeilles écrasées, la confiance grandit vite, un cercle vertueux s'enclenche ! Alors que les gants écrasent et énervent, maintenant notre peur : dommage...

Si la peur est trop forte, mieux vaut reculer (et la laisser tomber d'elle-même) : l'excitation provoquée se calme de suite. il n'y a rien à forcer, ce sont de puissants réflexes de survie qui vont tomber d'eux-même lorsque le danger imaginé sera vu comme inexistant.Cela se fait par étapes, au rythme ou c'est possible, si la phobie est prononcée.

Que faire en cas de piqûre ? Pas de panique, de la fumée pour calmer, on s'écarte pour retirer le dard en grattant avec l'ongle et on inonde la zone de fumée, pour masquée l'odeur d'alerte et casser par la chaleur une bonne partie du venin : c'est plus doux... Et cadeau pour la santé, au passage !! (à part les allergiques, bien sûr !)

La bonne nouvelle, c'est que l'émerveillement rattrape vite le visiteur inquiet : l'attention ne pouvant être à deux endroits en même temps, lorsque vous êtes fascinés par la beauté du moment, devant la perfection des rayon ou l'organisation en osmose de la colonie, les pensées de peur ne sont plus écoutées et tombent d'elle-même... Ap(s)ichothérapie ?!

 

Un baptême apicole en douceur fait tomber beaucoup de résistances, même chez les phobiques (pour peu que la curiosité soit assez forte pour oser l'expérience) : c'est même possible d'aller se frotter ensuite à des cheptels moins commodes, en étant suffisamment protégé.
Mon petit doigt me dit qu'une conduite en synergie avec l'abeille (même la susceptible), à l'écoute de ses besoins (et des nôtres), a forcément pour impact une avette mieux dans ses baskets, faisant des merveilles plus goûtues et s'adoucissant au fur que son berger affine ses gestes et traverse honnêtement ses peurs...

j'ai vu tant de gens touchés, c'est un tel cadeau !!

A pas peurA pas peurA pas peur
A pas peur
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 12:27

Mu

Depuis mars, Bi ne Drehu a migré 30 km plus au Sud, dans la tribu de Mu au lieu-dit Kaladea...

Mu

Grâce aux amis (Oriol, Maxou, Loïc, Diane et Lionel, Mel, Laurent, Ced, Xavier, Amélie et Claudio, et j'en oublie sûrement...) la maison se peaufine (avec une miellerie au top), le jardin se comestible et les 30 ruches ont rejoint le beau quartier...

MERCI à vous tous !!!

Découverte aérienne du nouvel environnement de mes 1,2 millions de princesses...

Alors à bientôt, dans notre beau quartier !

Partager cet article
Repost0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 08:19

L' apiculture, c'est l'art de devenir abeille...

Se mettre dans la peau de la colonie, voir ce qu'elle exprime pour faire l'acte juste qui lui apportera du mieux-être.

Vous ouvrez trop souvent ? Le dérangement incessant demande une grande dépense énergétique pour rétablir le micro-climat du couvain (35°C, 70% d'humidité, quelle que soit les conditions extérieures), la ruche affaiblie est plus sensible au pillage du miel par ses voisines.

Vous ouvrez trop peu, prélevant juste votre quota de butinage ? La reine manquera de place pour pondre, provoquant un essaimage, puis la colonie désertera quand la cire deviendra trop noire, attirant les fausses-teignes profitant de la faiblesse de la colonie.

Observer. Soupeser. Sentir.

Que racontent les ballerines de la planche d'envol ? Quelle phase de la respiration de la colonie mets en scène la vitre à l'arrière du corps de ruche ?

Les livres, formations, conseils, sont des flèches indicatrices, elles réclament la validation de VOS ruches dans VOS conditions.

Être présent, à la scène devant soi comme à ce qui remonte de nos profondeurs intimes dans l'instant, sensations, émotions, ressentis, est une méditation profonde, offerte, puissante.

Dans cette ouverture, dans cette déclaration de NE PAS SAVOIR -détourner l'attention, de la mémoire vers le réel-, l'acte juste monte spontanément, en parfaite adéquation avec la situation de vos protégées.

Et vous voyez fleurir vos colonies, en reflet de votre jardin intérieur, clarifié, épuré par cet acte d'amour envers soi, envers tout : être présent à ce qui est là, sans cesse mouvant...

Belle exploration !

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 22:00

Nous sommes faits pour faire ce que l'on kiffe, n'est-ce pas ?

Il y a quelques années, j'avais pris GRAND plaisir à faire du nougat... Un peu extrémiste, je ne voulais pas d'autres sucres que le miel de mes zabeilles. Cuire le miel attire fort les fifilles, alléchées par l'odeur qui filtrait sous la porte bien fermée : il fallait attendre la nuit pour commencer le chantier. Je séchais la pâte au décapeur thermique placé 1/2 mètre au-dessus de la casserole, le séchage durait 4 à 6 h : c'était une épreuve !!

Ayant peu confiance en moi, je n'osais vendre cette merveille colorée et très goûtue au prix que ça valait : ce furent les deux raisons pour lesquelles ce kif à fini par s'essouffler.

Philippe Brunet, un ami grand amateur des cavités de Lifou (ce qui nous vaut le plaisir de le voir quelques semaines chaque année), m'a transmis une recette simple, efficace, qui m'a redonné envie de confiser à souhait. il faut dire que son "vrai" métier, c'est ingénieur en chocolaterie et confiserie !! Un grand merci à lui, pour la recette suivante qu'il m'autorise à partager, et que je me suis autorisé à lifouiser !

Nougat

Toutes les cuissons se font en casserole à fond épais, penser à nettoyer les bords en cours de dissolution avec le pinceau, mesurer la température ponctuellement en agitant le thermomètre sans toucher le fond pour déterminer le bon niveau de cuisson.

 

NOUGAT BLANC AU MIEL

 

MODE OPERATOIRE

 

RECETTE

2 blancs d'oeufs
1 pincée de sel
130 ml d'eau
275 g de miel
400 g de sucre poudre ou semoule (370 + 30)

1 cuillère à table de vanille liquide
200 g d'amandes

PROCEDE DE FABRICATION

 

Huiler et poudrer d’un mélange sucre glace maizena

 

Faire torréfier les amandes au four (150 °C 20 minutes environ, surtout pas à la poêle)


Dans une casserole dissoudre le sucre (370 g) et l'eau et chauffer jusqu'à 110 °C.
Ajouter le miel et chauffer jusqu'à 143 °C.
Pendant que le sirop chauffe, battre les blancs d'œufs, en neige très ferme, en incorporant à mi-parcours le sel et 30 g de sucre prélevée sur la quantité initiale, pour serrer les blancs.

Lorsque la température du sirop est atteinte, verser doucement en filet, le sucre sur les blancs sans arrêter de battre. Ajouter la vanille liquide et continuer de battre une minute environ.

Transvaser la préparation dans une grande casserole et mettre à feu très doux (ou mieux au bain marie) et dessécher la préparation avec une cuillère en téflon, en veillant bien à ne pas faire brûler (comme avec une pâte à choux ).


Quand la préparation se détache du fond, la température idéale est atteinte. Retirer du feu (environ 10 mn à 15 mn).

Incorporer les 'amandes, en mélangeant bien à la spatule rigide en téflon.
Transvider la préparation dans le moule préparé, rabattre le papier alimentaire qui déborde et tasser au rouleau (ou à la main).

Il est possible de rouler le nougat avec un rouleau à pâtisserie huilé.


Laisser refroidir à température ambiante, avant de couper en morceaux avec un couteau huilé.


Conditionner le nougat dans des sacs plastique (conservation 3 mois).

Partager cet article
Repost1
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 22:53

Amateur de réseaux sociaux, passionné de ces petits 'multirotors de loisirs' (ou 'drones', mais tout de suite ça sonne militaire), je furète parfois (voire souvent) les belles images vues d'en haut que nous ramènent ces caméras volantes sur Face de Bouc...

Il y a quelques jours, je tombe sur le ku devant ces images là :

-source : Haute Eure Vision-
-source : Haute Eure Vision-

-source : Haute Eure Vision-

Quoi d'étonnant ?

J'ai observé qu'un quad attirait souvent les abeilles, qui viennent mettre de l'ordre dans leur espace aérien. Cela ne leur réussit pas toujours, car les hélices sont beaucoup plus dures que la cuticule de leur corps... Hum, il faut savoir s'éloigner quand les fifilles sont colère !

Là, ce qui est remarquable, c'est que ce ne sont PAS des fifilles, mais uniquement des mâles, les faux-bourdons !

Drones²
Drones²

Nettement plus massifs que les ouvrières, le thorax large, les ailes puissantes de bombardier, l'abdomen court, des yeux si gros qu'ils se touchent au-dessus de leur tête, ils sont taillés pour le vol, pour la reine des missions : féconder une reine en vol.
Oui oui, vous avez bien lu !!

Les mâles se regroupent en 'congrégations' de plusieurs centaines de congénères, issus de différentes colonies. Les jeunes reines fraîchement nées sont amenées par les exploratrices, accompagnées de vieilles butineuses expérimentées en une escorte royale, dans ces contrées qui sentent fort sous les bras.

source : http://api-cultura.com/wp-content/uploads/2014/06/img1457a.jpg

source : http://api-cultura.com/wp-content/uploads/2014/06/img1457a.jpg

Là, les copulations vont s'enchaîner, entre 6 et 10 mètres d'altitude ! 5, 10, une vingtaine de faux-bourdons vont se succéder (parfois sur plusieurs jours), transmettre leur semence à la future mère, s'arracher l'endophallus et tomber morts, leur mission menée à bien.

La reine retourne à la ruche escortée sous haute protection par sa cours, trouvant le chemin le plus court et leurrant les hirondelles goulues afin qu'elles n'engloutissent pas l'espoir de la colonie après tant d'effort. Quelques jours plus tard, la Mère se met à pondre, jusqu'à 2000 oeufs par jours, et ne sortira plus de sa vie -sauf si la colonie décide d'essaimer.

Drones²

Le GROS clin d’œil, c'est que ces couillus de faux-bourdons s'appellent dans la langue de la reine Elizabeth :

DRONES

Et que nos drones s'appellent ainsi du fait de leur vol bourdonnant, avec leurs quatre vaillantes hélices !

(comme les quatres ailes de faux-bourdons, d'ailleurs !!)

En continuant à farfouiner, je tombe sur cette vidéo de Pierre Brton :

Bien sûr, on peut croire à une attaque de butineuses, mais si l'on regarde les images d'un peu plus prêt, ça donne ça :

Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²
Drones²

Uniquement des mâles !!!

Qui sont dépourvus de dard, inoffensifs pour nous...

Certains on même perdu leur sexe, on voit nettement un truc blanc qui dépasse de l'abdomen !!

Auraient-ils tenté de féconder le Bebop en vol ?

le "drone" de chez Parrot sentirait-il la phéromone royale ???

Le mystère reste entier !!!

la beezzzzzzzzzzzzzzzzzz

Partager cet article
Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 22:31

Vous avez sûrement vu passer la vidéo, ces derniers mois : la fameuse ruche "Flow Hive" est une révolution dans l'apiculture !

Le rêve du robinet à miel est devenu réalité, grâce à des années de recherche d'une famille australienne...

Une belle image est plus percutante qu'un long discours, alors même si vous ne captez que couic à la "langue de J'expire", voyez plutôt :

ils sont charismatiques, en plus, ces inventeurs, non ?

La prouesse est belle, l'invention est ingénieuse, et pourtant...

ça ne m'emballe pas...

Pourquoi ce ressenti ??

Plongeons dans le monde des abeilles, quelle belle occasion pour se mettre à leur place, et de les comprendre mieux...

  • le tout plastique.
    Perso, j'ai du mal à supporter les fringues synthétiques, les abeilles sont encore plus sensibles à la qualité de leur habitat. Du bois et de la cire dans la ruche, que diable !!
  • le tout bâti.
    A un stade de leur croissance, les jeunes ouvrières produisent de la cire en transformant un gros apport de nectar en un matériau de construction extraordinaire. Dans la nature, elle
    s allongent les rayons ou font un nouveau rayon à côté des autres ; dans une boîte carrée, cette maison qu'on leur offre, on introduit des cadres avec une amorce de cire gauffrée, qu'elle s'empresse de tisser.
    Que se passe-t'il si tout est déjà bâti ?
    Les ab
    eilles engorgées de cire vont "faire la barbe", rester en grappe sous la planche d'envol pour ne pas encombrer la ruche, le malaise va participer à accélérer le déclenchement d'un essaimage : une partie de la colonie démarre avec une partie des réserves pour fonder famille ailleurs et libérer de l'espace.
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !
Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

Une belle barbe, et un rayon tout neuf !

  • communication ?
    Une découverte récente montre que le réseau d'alvéoles est une sorte d'intranet, réseau de communication rapide, laissant transiter les messages des bonnes nouvelles des fleurs dans la colonie.
    La danse en 8, prodig
    uée par les exploratrices de retour du butinage, indique aux autres butineuses dans quelle direction et à quelle distance se trouve le pactole. Or, cette danse se déroule dans le noir : comme l'info est-elle transmise ?
    Le petit bourrelet de cire à l'extrémité de l'alvéole forme un réseau qui transmet les vibrations des danseuses selon des directions privilégiées. L"info est captée grace aux trois paires de pattes, sensibles aux vibrations, même à distance. Comment ce systè
    me ultra-fin fonctionne-t'il avec le plastique ?
Le buzzz du Flow

Bon, les abeilles sont douées de capacités d'adaptations extraordinaires, alors elles trouveront les moyens de contourner ces limites-là !!

 

Mais honnêtement, ce qui me chiffonne plus est de l'ordre de tout ce qu'implique le message : "il y a juste à tourner un robinet"...

C'est donc clairement une ruche faite pour l'apiculteur, pas pour les abeilles.

Et puisqu'il suffit de tourner un robinet, il n'y a plus besoin de connaître les abeilles : tout le monde installe une ruche dans son jardin : la solution pour contrer leur disparition !!

 

Et bien NON, ça pourrait même y contribuer ?!!

Que se passe-t'il si l'on n'intervient pas du tout sur une ruche, à part retirer du miel de temps en temps ?

Au début, tout va bien, ça cartonne, le miel coule à flot...

Parfois, un essaimage a lieu, même si du miel est régulièrement retiré pour faire de la place, car les cirières s'engorgent comme nous l'avons vu, et la surface de ponte de la reine se réduit par les flots massifs de nectar pendant les miellées ; les abeilles trouvent la solution parfaite : la reine par avec les butineuses chargées de miel. Il y a de nouveau de la place dans le nid à couvain, le cycle reprends avec une nouvelle reine.
Pour le récolteur,ça continue comme av
ant, après une journée bizarre et ce nuage d'abeilles bruyant, et des réserves qui ont baissé d'un coup. Mais ça continue...
 

Au bout de 3 ans, la colonie va progressivement s'affaiblir, et ça s'empire d'année en année. Un jour, elles désertent (TOUTES les abeilles partent, abandonnant le couvain), ou alors la colonie est morte pendant une période au climat plus délicat, mais il se peut que le récolteur ne s'en rende pas compte tout de suite car le ballet d'abeilles continue : les pilleuses des ruches voisines viennent récupérer les vestiges comestibles de feu la colonie.

 

 

vous avez vu, à droite ??

vous avez vu, à droite ??

Que se passe-t'il ?

Dans le nid à couvain, la cire devient de plus en plus noire, à chaque génération de nymphes qui laissent un cocon de soie, des déchêts, et une couche de propolis pour désinfecter tout ça. Les alvéoles aux parois épaissies produisent des abeilles de plus en plus petites. Au bout d'un moment, ça pue vraiment trop, la reine délaisse les rayons trop noirs, la fausse teigne vorace s'empresse de venir faire ses cocons, se nourrissant de tout ce merdier, la colonie devient plus fragile, plus sensible aux maladies, bref, ça craint du boudin...

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte
des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

des larves de grosses fausses-teignes, et une petite fausse-teigne adulte

Dans la nature, sous une falaise ou dans le creux d'un arbre par exemple, un équilibre parfait est atteint où les fausses teignes débarrassent la colonie des rayons trop noirs, laissant la place pour de nouvelles constructions de cire bien blanche.

Dans une caisse aux rayons imposés, bien droits pour les déplacer sans tout casser, dans une ruche donc, c'est à l'apiculteur de renouveler les vieux rayons (1/3 chaque année !) pour permettre à la colonie de garder son dynamisme si fabuleux.

La ruche a besoin de visites peu nombreuses mais nécessaires, qui demandent le coup d'oeil pour comprendre où en est la colonie et adapter les actions par rapport à la situation réelle....
Pas étonnant que l'apiculture est décrite comme l'art d'élever les abeilles !!

Le buzzz du Flow

Et le récolteur, s'il ne se soucie que de tirer les trop-plein de réserves (en espérant qu'il attende que le miel soit mûr, sinon il fermente, et qu'il ne soit pas tenté de prendre trop, sinon il affame !), finira par se trouver avec une colonie souffreteuse, réservoir de maladies pour les ruches du quartier, ce qui n'est un cadeau pour personne !!

 

 

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

"test de l'allumette positif" : la larve est 'digérée' par Paenibacillus larvae ; cette colonie est atteinte de loque américaine

La vidéo montre que le système évite les récoltes si éprouvantes pour les abeilles comme pour les apiculteurs. Mais ce n'est bien sûr pas la seule alternative à l'apiculture intensive, brutale et peu soucieuse des "fifilles" : les kényanes, les Warré optimisent la douceur, et même les ruches "intensives" (Dadant et Langstroth) peuvent être conduite de manière très douces. Les combis intégrales, les dizaines de piqûres, les centaines d'abeilles écrasées, les lombaires flinguées, ça arrive quand on est pressé. Les abeilles nous invitent à prendre le temps, à profiter du moment passé ensemble.

Par exemple...

La Flow Hive, promesse d'un robinet magique, c'est un peu comme de proposer des enfants qui rient sur demande, en omettant de préciser qu'il faut quand même changer les couches, parfois...

Histoire de faire un peu de mauvais esprit !!

 

 

BIEN SÛR, je ne connais pas ce système, et à part ses concepteurs, personne n'a de recul...
Alors, affaire à suiv
re, et à explorer si le coeur vous en dit !

 


 

Partager cet article
Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 21:40

Quand les journaux parlent des abeilles de Lifou...

"Les Nouvelles de l'économie", septembre 2014

la revue de la Chambre des Métiers : InfoMétiers avril-mai 2014

Revue de presse
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : les abeilles de Lifou
  • : les aventures des avettes tropicalisées... Partages d'expériences happycoles, juste pour le plaisir !
  • Contact

Rechercher

Les 10 Derniers

  • Plan de la ruche
    En rouge, les nouveautés. Accès direct aux pdf : pollen - propolis - schéma de ruche Langstroth baumes - baumes personnalisés Votre avis m'intéresse : retour de feeling Commandez les cosmétiques des abeilles chez les fées de BioAttitude.nc ! • Journal...
  • Initiation sur les bases apicoles
    Ka'oha nui ! (et oui : autre région, autre bonjour...) Voilà un doc qui synthétise le savoir minimum pour débuter en apiculture, une sorte d'introduction pour ceux qui n'ont jamais approché une ruche de leur vie. doc de formation "bases apicoles" Bonne...
  • Baume anti-moustique
    Si vous arrivez "par hasard" sur cette page, merci de faire un crochet par là : intro sur les recettes . Pour le tutoriel, voir le livret de cours sur l'apicosmétique , page 2 Avec la base de baume simple, si on ajoute 1 % d'huile essentielle bio (soit...
  • Tutoriel cosméto
    Dans le livret sur le cours d'apicosmétique est illustrée la méthode simple pour faire 1 ou quelques baumes, avec les ustensiles de la cuisine. Petit pot en verre, casserole d 'eau pour bain-marie, baton de brochette (propre) pour touiller, proportions...
  • Le baume simple et ses variantes
    Voilà, on entre dans le vif du sujet !! Voici la base de mes baumes, qui va se complexifier au fil des recettes. Si vous arrivez "par hasard" sur cette page, merci de faire un crochet par là : intro sur les recettes Pour le tutoriel, voir le livret de...
  • Les docs des formations
    Bonjour ! Voici les pdf des documents qui accompagnent les 3 formations que j'ai eu la joie de transmettre pendant le second semestre 2017 : Conduite en synergie avec les colonies, les produits de la ruches : leur récolte, leur transformation et leur...
  • Les recettes
    Hello la famille !! Vous allez bien ? Après ces semaines de silence, les choses s'éclaircissent par ici... La migration sur Nuku Hiva débouche finalement sur une reprise du soin aux animaux. La sécheresse a retardé la production d'essaims, les difficultés...
  • Abeilles / Fourmis : 1 partout
    Hello ! Ka'oha nui ! Une nouvelle page des zabeilles tropicalisées s'ouvre, sur l'île de Nuku Hiva au Nord des Marquises. Et comme vous allez le voir dans la vidéo qui suit, ça commence bien vivant !! Bon visionnage et à bientôt ^_^ Les aventures des...
  • Endo-kényane
    Pour le fun, j'ai commandé un mini-endoscope pour Android à 15 boules... Ce n'est pas pour visiter mes trous d'nez ! Mais pour aller voir les zélées !! Bon, il ne faut pas s'attendre à des miracles côté qualité des photos, maintenant ça devient rigolo...
  • La forme à Sion
    Hello ! Je propose 3 modules de formations pratiques : A - Conduite en synergie avec l'abeille constat de l'échec d'une apiculture intensive basée sur nos besoins/envies observation de l'entité colonie, apparentée à un mammifère répondre aux besoins de...